Imprimer

Une recherche de la gloire de Dieu et un appel à la conversion


28 novembre 2012

Ignace de Loyola – Une recherche de la gloire de Dieu et un appel à la conversion. Les grandes convictions de la spiritualité d’Ignace peuvent se résumer en deux invitations qui sont d’une grande d’actualité : une invitation à se convertir et à vivre selon les Exercices spirituels ainsi qu’une invitation à la conversion par le discernement.

Présentation d’Ignace de Loyola

Ignace de Loyola (1491-1556)Une recherche de la gloire de Dieu et un appel à la conversion.

Ignace de LoyolaSes origines

Saint Ignace est né au pays Basque au nord-est de l’Espagne. Sa jeunesse sera celle d’un gentilhomme de son temps, c’est-à-dire qu’il sera militaire. Il vivra une jeunesse bien normale pour son époque, coulant ses jours dans une belle frivolité et une douce insouciance jusqu’à ce que la guerre le rejoigne. En effet, à cause d’une querelle entre souverains au sujet de la Navarre (région où vivait Ignace), il devra aller au combat. Il y subira une blessure très grave à une jambe.

Une épreuve salutaire

Cette épreuve physique va transformer sa vie. Il devra faire une longue convalescence qui marquera pour lui un temps de réflexion et de conversion. Comment occupera-t-il ces longues journées? Eh bien, il lira. Deux lectures influenceront le reste de sa vie :

  • une Vita Christi (vie de Jésus) de Rudolph le Chartreux;
  • une Vita Sanctorum (vie des Saints) de Jacques de Varogine.

En parcourant ces livres, Ignace comprendra que sa vie n’avait pas de sens avant l’épisode de sa blessure de guerre. Il sentira émerger du tréfonds de lui-même un appel à changer sa façon de vivre.

Il saisira de l’intérieur que son genre de vie et ses comportements n’étaient pas signifiants.

Au lieu de chercher son plaisir en faisant la cour à une jolie dame ou en courant après les honneurs ou le pouvoir, il se demande si désormais il ne serait pas plus vrai pour lui de se placer au service de Dieu et de Dame Église?

Pourquoi, à l’avenir, ne pas essayer d’imiter ce qu’ont fait saint François ou saint Dominique, au lieu de vouloir accomplir un haut fait militaire ou une conquête mondaine?

Ignace réfléchit. Il prie. Il médite. Peu à peu sa conception du monde change. Il comprend et définit pour quoi et pour qui il vit. Il pense au sens de sa vie et à son avenir à partir de sa relation à Dieu. Il découvre que sa vie a un but.

« L’homme est créé pour louer, révérer et servir Dieu notre Seigneur et par là sauver son âme. » (Exercices spirituels n° 23)

Recherche de Dieu

Cette métamorphose poussera Ignace à vouloir mieux connaître Dieu, donc à s’instruire. Ainsi, il fréquentera les grandes universités, ce qui le mènera jusqu’à Paris. Il y fera la connaissance de jeunes hommes, comme lui, désireux de servir Dieu et son Église. Avec eux, il va expérimenter son processus de réflexion sur la conversion, écrit à partir de sa propre expérience de vie et qu’on appelle les Exercices spirituels.

Ses premiers « compagnons », comme on les nomme, deviendront les premiers Jésuites. Des personnes qui, comme Ignace, voudront vivre en compagnie de Jésus.

Une nouvelle congrégation

Cette congrégation aura une immense influence sur le déroulement et le développement de l’histoire de la chrétienté. Il faut savoir que dans les années 1500 et suivantes, l’Église vit de grands bouleversements dus à des abus de l’Église de Rome et de la papauté.

Une grande influence en des temps difficiles

Devant ces excès sur les plans financier, politique et doctrinal plusieurs chrétiens prendront des distances ou quitteront l’Église. Ils protesteront contre les abus et le relâchement des mœurs, les scandales et le pouvoir outrancier du Pape. Ils deviendront donc des Protestants par rapport à l’Église de Rome.

Une Église sur la voie de la conversion

Devant ces milliers de bonnes gens qui quittent l’Église et lui font des reproches, Rome réagit. Le Pape de l’époque, Paul III, convoque un Concile à Trente (ville au nord de l’Italie, dans le Tyrol). Ce sera une grande réunion de tous les évêques et cardinaux pour discuter de la situation et convertir l’Église. Elle en avait d’ailleurs grand besoin!

Cette conversion de l’Église coïncide avec la démarche personnelle d’Ignace. La rencontre de ces deux conversions produira un grand effet de changement dans le monde chrétien et donnera de nombreux fruits apostoliques.

Ainsi, la réflexion personnelle qu’Ignace a accomplie en regard de sa vie et qu’il a structurée en écrivant les Exercices spirituels, deviendra pour l’Église un instrument qui l’aidera à poursuivre sa propre réforme.

Les Jésuites seront des agents majeurs de ce Renouveau de l’Église, dans la foulée du Concile de Trente, à la fois par leur apostolat d’éducateurs, et par les Exercices spirituels, conçus pour aider les gens à se convertir.

Un apostolat au milieu du monde

Jubilé 2066 - Les Jésuites
Jubilé 2606 – Les Jésuites

Ignace insistera donc pour que les Jésuites soient au milieu du monde et que leur action apostolique soit première. Ainsi, ils ne seront plus tenus, comme les grands ordre fondés dans les années antérieures, bénédictins, dominicains et autres, de vivre dans des couvents ou des monastères.

Ils seront libres de réciter leur prière dans la journée au moment qui leur convient et non en communauté à des heures précises. Bref, une plus grande liberté donnée à chaque individu pour accomplir son ministère d’apostolat. Pour l’époque, c’était très avant-gardiste.

Ignace a saisi également l’importance d’envoyer des Jésuites partout dans le monde. Par exemple, son ami saint François-Xavier ira en Asie et visitera entre autres les Indes et le Japon. Les Jésuites prendront ainsi une part active à la formidable expansion missionnaire du XVIe siècle. Ils viendront aussi en Nouvelle-France.

Ignace fut supérieur général de sa congrégation et mourut à Rome en 1556. Il mena une intense vie de prière et donna par ses charismes une impulsion capitale et forte à sa congrégation qui allait devenir une des plus importantes de l’histoire de l’Église.

Un maître spirituel

Ignace articulera sa vie apostolique et sa vie de prière autour de trois grandes convictions.

Vivre pour la plus grande gloire de Dieu

Sommet d'une montagneQu’est-ce que la gloire de Dieu?

  • la manifestation de sa présence au cœur du monde;
  • la reconnaissance de son action au milieu des réalités quotidiennes;
  • et la compréhension de son amour et de sa miséricorde envers ses créatures.

La gloire de Dieu consiste à regarder le déroulement d’une vie sous un regard de foi et d’espérance. Ainsi Ignace se sent appelé à faire plus qu’une simple relecture des événements survenus dans sa vie. Il veut faire une relecture en lien avec Jésus-Christ. Le faire en religion : c’est-à-dire re-lier.

Cette conscience et cette ouverture à l’amour de Dieu, manifestées dans la reconnaissance de sa gloire, sont pour Ignace une façon de vivre et de prier.

S’efforcer de vivre dans l’obéissance

L’obéissance, ici, est comprise comme une adhésion libre à l’amour inconditionnel du Christ Sauveur.

Prenons un exemple pour comprendre ce qu’est l’obéissance : un parent, qui a un enfant malade, remet sans difficulté une soirée prévue au théâtre ou ailleurs. Il fait cela par obéissance à son rôle de parent protecteur et amoureux de son enfant. De la même manière, chaque personne, selon sa situation propre, peut suivre le Christ et faire des renoncements par amour, par obéissance.

Ignace prend très au sérieux l’imitation du Christ dans sa propre vie. Il veut suivre le Christ, qui obéit à son Père, et il désire appliquer à ses comportements personnels cette adhésion à l’Amour.

Colombe - Symbole de l'EspritIgnace s’efforce de vivre en homme obéissant, c’est-à-dire en homme qui recherche l’amour du Christ dans les situations qui se présentent à lui. L’obéissance devient une manière de vivre et une école de prière. Ignace priait tous les jours le Seigneur en lui demandant de lui ressembler dans son obéissance à son Père.

L’obéissance devient donc une recherche au cœur des situations humaines, dans une docilité à l’Esprit, pour être capable de dépassement personnel. La prière d’obéissance ouvre ainsi à la possibilité d’avoir une vie qui se conforme de plus en plus à celle de Jésus.

Ignace est donc conscient qu’un amour divin est le moteur de sa vie. Il peut ainsi, dans sa prière d’obéissance s’efforcer de dire non à son égoïsme pour se tourner complètement vers les autres. Dans l’obéissance, il y a un appel à la charité!

Vivre dans le discernement

Le discernement? C’est la capacité de faire des choix à partir de notre relation d’amour au Christ Sauveur.

Ignace prendra conscience, en vivant son processus de conversion, qu’il faut faire des choix dans la vie.

Lorsqu’il réfléchira sur l’acte de discerner pour faire des choix éclairés, il verra que cela implique une capacité de regarder sa vie en lien avec le Christ.

Pertinence pour aujourd’hui

Les grandes convictions de la spiritualité d’Ignace peuvent se résumer en deux invitations qui sont d’une grande d’actualité : une invitation à se convertir et à vivre selon les Exercices spirituels ainsi qu’une invitation à la conversion par le discernement.

Se convertir et vivre selon les Exercices spirituels

L’expérience spirituelle de saint Ignace est liée à sa conversion. Cet homme a compris que sa vie devait changer, qu’il devait s’orienter autrement. Dieu allait occuper désormais la première place.

PasLa conversion, c’est Dieu qui vient vers moi et m’invite à Le suivre et à vivre selon les conseils donnés dans l’Évangile : une vie pauvre, une vie libre et obéissante, une vie dans l’amour. Tout cela, vécu d’une manière chaste, c’est-à-dire respectueuse des autres dans leur être physique et psychique.

Ce processus, sous la plume de saint Ignace, est devenu une méthode pour faire des choix et suivre le Christ. Les exercices spirituels sont source d’inspiration pour trouver le Seigneur présent au cœur de la vie.

Cette invitation à la conversion garde tout son actualité. L’Évangile ne dit-il pas :« Le temps est accompli, et le Règne de Dieu s’est approché; convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Mc 1,15.

Certaines situations de vie se prêtent bien à suivre les Exercices spirituels :

  • À l’heure d’un choix de vie : se marier, devenir religieux ou religieuse, prêtre ou demeurer célibataire engagé dans une action apostolique.
  • À un croisement de carrière ou lors d’un changement important au niveau du travail ou bien quand arrive l’âge de la retraite.
  • Il est possible également d’avoir à faire face à un problème de santé qui transformera ou diminuera nos activités. Il sera alors peut être opportun de suivre la démarche prévue par Ignace « pour se vaincre soi-même et ordonner sa vie » E.S. N° 21.

Une invitation à la conversion par le discernement

On sait l’importance qu’Ignace a accordé dans sa vie au discernement comme élément du processus de conversion. Dans l’agitation du monde et à travers les mille et une sollicitations qui agitent chaque journée, la méthode de discernement de saint Ignace est très pertinente pour aider à faire des choix éclairés.

Point d'interrogationCombien de fois ne voyons-nous pas des personnes épuisées ou exténuées parce qu’elles avaient pris trop de responsabilités? Tant de personnes ne savent pas dire non!

Prendre le temps de s’asseoir, de réfléchir et de faire silence, en regardant sa vie comme un lieu habité par Dieu et son amour. Voilà qui constitue déjà une bonne introduction à un vrai discernement spirituel.

Le discernement peut aider de façon essentielle à dire oui ou non et aussi à poser les bonnes questions aux bons moments. Ainsi, face à une demande pleine de bon sens et de belles intentions mais qui pourrait surcharger un horaire, la bonne question serait : cela m’aidera-t-il à mieux louer, révérer et servir Dieu? Autrement dit, vais-je être plus disponible pour aimer suite à cette décision?

Chaque personne peut ainsi prendre la résolution de se donner chaque jour un temps d’arrêt et de regard sur sa vie, non simplement pour en faire une relecture et comprendre le sens des événements, mais bien pour en faire un discernement, c’est-à-dire tout re-lier à l’amour de Dieu et à sa présence.

Retour haut de page