Imprimer

Un chemin d’humanité

Même si le mot est en vogue la réalité qu’il sous-tend ne l’est pas nécessairement. Une religieuse des Fraternités Monastiques de Jérusalem nous en offre une relecture. Si elle songe d’abord à la réalité communautaire qu’est la sienne, sa réflexion est pour tous.

Sœur Teresa de la fraternité de Paris – Bulletin La lettre de Jérusalem octobre 2022.

Un mot en vogue

Plante fragile par Bonnie Kittle (unsplash.com)Le mot « vulnérabilité » est très en vogue. Souvent, il est employé pour désigner les personnes qui ont besoin d’être accompagnées, protégées par d’autres.

Au sens étymologique, être vulnérable signifie d’ailleurs être exposé aux blessures, être dans l’incapacité de se défendre ou de résister à l’ennemi. Vulnérable vient, en effet, du latin vulnerare qui signifie blesser.

Si la personne vulnérable est une personne dépendante d’autres êtres humains pour pouvoir continuer à vivre, ceux qui lui viennent en aide, sont-ils pour autant invulnérables ?

Il n’est pas besoin de beaucoup de clairvoyance pour s’apercevoir que nous avons tous besoin des autres pour survivre et aussi pour vivre. Dès lors, nous pourrons définir la vulnérabilité comme « fond commun d’humanité » (L. Benaroyo).

Et si c’était une chance

Être dépendant, avoir besoin de l’autre est une vulnérabilité, mais bien plus encore une chance : la chance du lien, de la relation dans laquelle se façonnent notre devenir et notre identité.

La vulnérabilité est une vertu relationnelle, qui nous permet de nous ouvrir à la présence de l’autre, à la nécessité et à la beauté d’avancer ensemble.

On est ici dans la figure de l’hospitalité qui implique de savoir ouvrir sa porte, se désencombrer et faire de la place pour l’autre.

On voit bien où est la vulnérabilité. Je m’expose, je dévoile à l’autre mon intimité, je le laisse entrer. Cette porte ouverte permet à l’ami d’entrer, mais peut aussi offrir un passage au voleur.

Ce risque se dit aussi dans une structure anthropologique fondamentale de l’humain : celle du don.

Un don

Le don surgit gratuitement comme expression de ce qui me relie à l’autre.

Mains ouvertes, don de fleur fragile par Diego Ph (unsplash.com)L’ouverture du don est suspendue à la réponse de celui à qui il s’adresse : le recevra-t-il ?

Quand le don est reçu, celui qui a bénéficié du don va être porté à redonner, c’est-à-dire à devenir lui-même source de don pour d’autres. Ainsi le don se met à circuler et il renforce les liens dans la communauté.

Il a fallu pour cela accepter la vulnérabilité du premier don, le risque de la blessure du refus, pour communier à la joie du don qui circule.

Un risque

Le risque de consentir à sa vulnérabilité, de s’exposer à l’autre se révèle ainsi être surtout ouverture à la chance de la tendresse, manifestation de l’amour et de la bienveillance que nous nous portons les uns aux autres.

C’est l’expérience vécue par saint François quand il embrasse le lépreux. Pour arriver à cette tendresse partagée et à la joie qui l’accompagne, il a fallu que le jeune bourgeois d’Assise accepte sa vulnérabilité et prenne le risque du baiser.

L’Évangile de la fraternité

Risque et chance de la vulnérabilité que les consacrés ont à témoigner par une vie fraternelle où chacun choisit de faire de la relation le lieu de son salut et celui des autres.

En fait, la fraternité est le premier et le plus crédible évangile que nous puissions dire aujourd’hui.

Nous sommes appelés à « un témoignage de communion fraternelle qui devient attrayant et lumineux. Que tous puissent admirer comment vous prenez soin les uns des autres, comment vous vous encouragez mutuellement et comment vous vous accompagnez » (Evangelii Gaudium n° 99).

Retour haut de page