Imprimer

La résurrection de Jésus est l’événement fondateur du christianisme

Cinquième d’une série de douze articles publiés dans l’édition nationale du Feuillet Paroissial sur le thème « Des mots nouveaux pour dire le Credo ».
« Ressuscité le troisième jour ». La résurrection de Jésus est l’événement fondateur du christianisme.

Le christianisme est né à Pâques

Jésus ressuscité
Auteur : Bernadette Lopez
evangile-et-peinture.org

Cette affirmation est la raison d’être du Credo. Elle prend toute la place! Le Credo est construit autour d’elle. La résurrection du Christ est l’objet de la plus grande fête des chrétiens : Pâques. Le christianisme est né ce jour-là! L’expression le troisième jour, évoque, dans l’Ancien Testament, la repentance ou la délivrance après une épreuve (1R 12,12).

C’est dans ce dernier contexte que Jésus annonce sa résurrection : « Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes, et ils le tueront, et, le troisième jour il ressuscitera » (Mt 17,22-23).

« On a enlevé le Seigneur du tombeau et nous ne savons pas où on l’a mis »

Cependant, la résurrection du Christ, noyau dur de la foi, est nimbé de mystère. Aucun récit descriptif de la Résurrection nous est présenté dans le Nouveau Testament. Il est vrai que la découverte du tombeau vide laisse perplexes les premiers témoins.

Mais le tombeau vide n’est pas en soi une preuve directe. Marie de Magdala, arrivée la première au tombeau, soupçonne une supercherie : « On a enlevé le Seigneur du tombeau et nous ne savons pas où on l’a mis » (Jn 20,2).

Croire en la Résurrection de Jésus n’est pas un acte déraisonnable

Mais malgré cela, les raisons humaines de croire en la Résurrection de Jésus sont fondées et solides. L’attitude et l’état d’esprit des disciples au lendemain de la mort de Jésus au Calvaire nous ouvrent des pistes. Tout dans les évangiles nous donnent à entendre que ces mêmes disciples étaient à cent lieues d’imaginer la résurrection de leur Maître.

Ce Maître, qu’ils avaient suivi avec enthousiasme, était mort pendu à une croix, signe de malédiction et d’infamie (Ga 3,13). Pour eux, cette merveilleuse aventure étaient bien finie! Atterrés et désemparés, ils se sont finalement regroupés derrière des portes closes par peur des Juifs (Jn 20,19).

L’audace des convertis de Pentecôte

Cependant des hommes traqués auraient-ils pu avoir l’audace de lancer la nouvelle du retour à la vie de Jésus? D’un Jésus auquel, au moment des premières apparitions, ils refusent de croire. Il aurait été facile de taire tout cela!

Mais au contraire, ce comportement raconté sans complaisance par les auteurs du Nouveau Testament, est déjà pour nous une raison d’adhérer aux dires de ces convertis de Pentecôte qui, dans la suite des jours et cela jusqu’au martyre, témoigneront haut et fort de la Résurrection du Christ. On ne va pas à la mort pour une supercherie! Et encore aujourd’hui, des hommes et des femmes meurent pour les mêmes raisons.

Le sens de la résurrection du Christ pour nous

Mais que signifie la Résurrection du Christ pour nous, ici et maintenant? Elle est la promesse et le modèle de la nôtre. Jésus premier né d’entre les morts (Col 1,15), nous a précédés et nous attend. C’est parce que Jésus est ressuscité que nous pouvons lancer ce cri sublime : Je crois en la vie éternelle.

Retour haut de page