Imprimer

Favoriser l'éclosion de la charité

Deux personnes en conversation par Harli Marten (unsplash.com)

Il y a donc une prière sur la vie, une oraison sur la vie,
qui est une prière infiniment précieuse, justement parce que
la vie tout entière est sacrée et que rien n'est profane.

Il y a la prière sur les autres qui est indispensable à l'éclosion de la charité, car Dieu sait que nous sommes différents les uns des autres et, limités tous comme nous le sommes, il est inévitable que nos limites se heurtent réciproquement.

Les limites des autres nous agacent, elles peuvent déchaîner notre colère et notre ressentiment. Nos limites doivent produire exactement le même effet sur les autres.

Comment surmonter ces limites, sinon en découvrant la Présence de Dieu au moins comme une possibilité dans le cœur des autres, qui nous permet de surmonter les défauts visibles, qu'il ne s'agit pas de nier, car la charité n'est pas une apologétique destinée à glorifier le prochain à tout prix :

la charité, c'est la perception de la vocation divine de chacun et de la Présence de Dieu en chacun qui nous est confiée dans les autres autant qu'en nous-même. Et bien sûr que percevoir cette Présence, c'est être en état de prière.

La charité n'est pas autre chose, finalement,
que cette union avec notre premier Prochain majuscule, qui est Dieu,
pour atteindre ce prochain minuscule qui est l'homme.

Comment peut-il nous être prochain, au sens vrai, s'il ne nous devient pas intérieur? Et comment peut-il nous être intérieur, sinon à travers l'intériorité même de Dieu qui est plus intime à nous-même que le plus intime de nous-même?

 

Maurice Zundel

Tiré de "Le mystère du mal et son remède : la prière"
Le Cénacle - Paris 3 février 1974

Retour haut de page