Imprimer

Par ses paroles et ses gestes, le Christ nous fait connaître le Dieu invisible

Quatrième d’une série de douze articles qui constituent l’essentiel de l’essentiel de la foi chrétienne catholique, à partir de la présentation de François Varillon, jésuite. Pour les chrétiens, c’est le Christ, et lui seul, qui révèle pleinement par son être, ses paroles et ses gestes, qui est Dieu.

François Varillon, jésuite, a publié en octobre 1967 dans la revue Études un excellent « Abrégé de la foi catholique » (p. 291-315). En voici un compte rendu succinct.

Dieu est Amour

Sacré-Coeur de JésusPour les chrétiens, c’est le Christ, et lui seul, qui révèle pleinement par son être, ses paroles et ses gestes, qui est Dieu. Or, Dieu est Amour nous apprend saint Jean (1 Jn 4,8.16).

Ici l’Amour est à entendre au sens notamment de Don, de Gratuité, d’Alliance et de Relation. Il constitue le cœur même du Dieu révélé en Jésus.

Tout l’Évangile nous apprend que Dieu est Amour, qu’il est l’Amour, un Amour dont la puissance infinie conduit toujours plus avant dans l’élan créateur.

C’est cet amour qui conduit au don même de sa Personne et, suprême gratuité, jusqu’au pardon. « Il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 4,13)

Plus qu’un aspect de Dieu…

En christianisme, l’Amour est plus qu’un aspect de Dieu, il en est le Cœur même.

Aimer n’est pas qu’une dimension de sa personne. Non, l’Amour est son être même. Il est un Amour tout-puissant.

La vie de Jésus de Nazareth en rend compte de façon admirable. Elle en est la parfaite image. En Jésus l’Amour de Dieu se donne à voir. Il en est l’icône.

En lui, la toute-puissance divine se révèle comme Amour.

Le Christ : le point de rencontre entre Dieu et l’humanité

Depuis les origines du monde, Dieu rêvait d’une intime rencontre avec l’humanité. Parce qu’il est Amour, il aime cette humanité. Et de son côté, l’humanité n’a-t-elle pas toujours espéré d’aimer à sa manière? N’est-ce pas ce qu’on peut discerner en son ultime profondeur?

Ce désir de Dieu et cette espérance de l’homme ont convergé dans la personne du Christ. Là, dans un même mouvement, Dieu s’est révélé à l’homme et l’homme s’est révélé à lui-même.

Seul l’amour pouvait produire pareil prodige.

Retour haut de page