Imprimer

Exister en forme de don

N'est‑ce pas la grande nouveauté de l’Évangile de situer la grandeur dans la vie même, et non dans les œuvres de l'homme?
Et ne savons‑nous pas tous que le sourire d'une âme peut donner plus de joie que les plus belles créations de la peinture ou de la musique, car c'est d'un autre ordre?

----------

Rien ne serait plus merveilleux que de rendre heureux ceux qui nous entourent et de passer notre existence terrestre autant qu'elle doit durer, de la passer justement à être dans la vie des autres le sourire de la Présence et de la tendresse divines.

----------

L'Évangile est la bonne nouvelle de l'Emmanuel : Dieu est avec nous.
Mais comment l'apprendra l'homme d'aujourd'hui, si le sourire de notre amitié ne lui rend pas sensible le visage qu'un cœur humain, ne peut reconnaître qu'à travers un amour humain où il transparaît ?

----------

Qu'avons-nous fait jusqu'ici? Qu'importe!
Notre vie peut avoir été magnifique d'actions retentissantes et publiques, notre vie peut avoir été un échec de bout en bout, notre vie peut avoir été un chapelet de fautes et d'iniquités, aucune importance :
nous commençons aujourd'hui, aujourd'hui à vivre la vraie vie,
si nous renonçons à la superstition du faire.
Il ne s'agit pas de faire, mais d'être, mais d'exister en forme de don et d'ouvrir un espace par notre seule présence, d'être un vivant par le sourire à travers nous de la divine bonté.

----------

Une poignée de main, un sourire, un service rendu, une marque de respect, enfin tous ces riens qui sont les nuances de l'amour,
c'est cela même qui constitue l'oraison sur la vie et la plus haute contemplation.

----------

La plus grande puissance du monde, c'est le sourire.
C'est du sourire que nous vivons, comme c'est de l'absence du sourire que nous mourons. Là où il n'y a pas de sourire, la vie s'éteint.
Là où il y a le sourire, la vie prospère.

----------

Maurice Zundel

Retour haut de page