Imprimer

Le SCV à l’œuvre en Gaspésie


22 octobre 2005

Dans la rive nord de la Gaspésie, une quinzaine de personnes se préparent à la mission catéchétique.

Une Bonne Nouvelle nous arrive de la rive nord de la Gaspésie : une quinzaine de personnes, toutes du sexe féminin, se préparent ardemment à la mission catéchétique.

Qui sont ces catéchètes gaspésiennes?

Catéchète et enfants
Monique Beaulieu, r.s.r.
et Diane Caron, r.s.r.
avec un groupe d’enfants
de Mont-Louis.

Elles sont bénévoles; elles sont prêtes à donner temps et énergies pour former leurs enfants et leurs adolescents à la vie chrétienne.

Elles viennent de plusieurs villages : Mont-Louis, Mont-Saint-Pierre, Gros-Morne, La Martre, Murdochville, également de Tourelle et Sainte-Anne-des-Monts.

Elles ont diverses occupations : employée de la Caisse Populaire, comptable, coiffeuse, infirmière, retraitées de l’enseignement, ou tout simplement mères de famille.

La générosité est certainement l’une de leurs principales qualités : ainsi, une travailleuse est prête à consacrer son heure de dîner, une fois par semaine, à la catéchèse des petits.

Puiser aux sources de la catéchèse

Le Service catéchétique viatorien a eu la chance de les rencontrer les 12 et 13 septembre 2005 pour leur donner une formation dont le déroulement amenait ces chrétiennes à découvrir les sources de la catéchèse, ces lieux où tout catéchète doit sans cesse retourner :

  • d’abord et avant tout, Jésus-Christ, homme et Dieu, comme première source;
  • puis la Parole telle que transmise par l’Écriture Sainte constituant la seconde source.

Étude de récits évangéliques, enseignements, commentaires, questions, échanges tant en petits groupes qu’en plénières ont ponctué ces deux soirées.

Une évaluation a permis aux participantes de s’exprimer :

  • l’une d’entre elles a affirmé qu’elle retenait d’abord « …qu’un catéchète doit être branché à la source des sources : Jésus »;
  • une autre a déclaré avoir appris « …à comprendre la Bible. Je désire encore plus la lire afin de mieux assimiler et comprendre ses messages… »;
  • « Jésus sera toujours là pour m’aider. Je sens de plus en plus sa présence et je veux le partager avec d’autres », écrit bellement une troisième.

Au printemps 2006, les deux autres sources de la catéchèse, la liturgie et la tradition, seront abordées.

Volonté d’engagement

Comment une telle entreprise est-elle possible?

  • D’abord, grâce à la détermination de ces mamans de proposer aux jeunes de leur milieu la foi chrétienne;
  • ensuite, grâce au soutien et à l’accompagnement de l’équipe pastorale des Clercs de Saint-Viateur oeuvrant dans ce secteur du diocèse de Gaspé, nommé « Mer et Montagnes »,
  • et enfin grâce à l’engagement résolu dans la mission catéchétique de deux sœurs du Saint-Rosaire résidant à Mont-Louis.

Paradoxes et pistes d’avenir

Église à Mont-Louis, GaspésieN’est-il pas extraordinaire qu’une relève catéchétique se manifeste dans une région qui souffre d’un fort déclin démographique et que d’aucuns déclarent non-viable économiquement? C’est dire la résolution de ces Gaspésiennes qui ne renoncent pas facilement. N’y a-t-il pas là aussi une manifestation de l’Esprit de Dieu à l’œuvre dans les communautés chrétiennes?

L’existence d’un tel groupe de catéchètes ne pointe-t-il pas aussi vers la nouvelle Église qui commence à se faire jour au Québec?

  • Une Église moins paroissiale mais davantage régionale, où les forces vives acceptent de se regrouper pour une cause commune;
  • Une Église moins institutionnelle mais plus familiale et communautaire, où les rassemblements en petits groupes se feront plus nombreux.

Enfin, il est rassurant, voire édifiant, de constater que des catéchètes acceptent de consacrer du temps à une formation de base.

Le Service catéchétique viatorien propose des démarches qui se situent non au niveau strictement utilitaire ou pratique – « comment faire la catéchèse? » – mais bien au niveau fondamental – « qu’est-ce qu’un catéchète? » De plus, cette formation comporte un aspect carrément didactique, un bref aperçu de l’exégèse du Nouveau Testament, intitulé « Clefs de lecture des Évangiles ». À la grande surprise des animateurs, les participantes ont accueilli favorablement cet enseignement et l’ont jugé essentiel.

Serait-il exagéré d’affirmer qu’au Québec les régions dites « périphériques » ou « éloignées » ouvrent le chemin quant au renouvellement de l’Église et de sa mission? De quoi faire réfléchir bien des intervenants en pastorale des milieux urbains…

Retour haut de page