Imprimer

La foi sous le signe de l’espérance

Pour toute personne qui désire croire en Dieu, cet ouvrage dégage 20 chemins qui présentent de manière neuve l’essentiel de la foi chrétienne.

FOSSION, ANDRÉ, Une nouvelle fois – Vingt chemins pour recommencer à croire, Bruxelles, Lumen vitae, Montréal, Novalis/Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2004, 176 p.

Auteur

Une nouvelle foisAndré Fossion, jésuite belge, est licencié en philosophie et en philologie romane et docteur en théologie. Il est professeur au Centre International Lumen Vitae (Bruxelles) dont il fut le directeur de 1992 à 2002. Il est président de l’Équipe Européenne de Catéchèse et il a écrit plusieurs ouvrages :

  • Lire les Écritures. Théorie et pratique de la lecture structurale (Lumen Vitae, 1980).
  • La catéchèse dans le champ de la communication (Cerf, 1990).
  • Dieu toujours recommencé (Lumen Vitae, Cerf, Novalis, 1997).
  • Il est aussi l’auteur de nombreux articles.

Présentation générale

L’auteur veut décaper le message chrétien des nombreux préjugés accumulés au cours de l’histoire et en renouveler la présentation. Notre époque marque la fin d’un certain christianisme, mais non du christianisme. L’ouvrage s’adresse à toute personne désirant commencer ou recommencer à croire. Chacun des 20 chemins invite à découvrir ou à redécouvrir, de manière nouvelle, les questions fondamentales de la théologie chrétienne et l’essentiel de la foi.

Contenu

Le livre s’ouvre sur la chanson de Jacques Brel, « Dites, si c’était vrai. Si c’était vrai tout ce qu’ils ont écrit Luc, Matthieu, et les deux autres… » La démarche vers la foi commence par l’espérance. C’est « par l’espérance que la foi s’insinue, naît ou renaît dans nos vies. La foi, de ce point de vue, est l’espérance qui a trouvé des raisons d’être. » (p. 9)

Les 20 chemins : Recommencer à croire – Désirer – Rendre grâce – Être heureux – Vivre en relation – Compatir – Rendre raison – Être pasteur – Croire du-dedans des cultures – Vivre libre – Mourir de désir – Chercher Dieu dans la pluralité des religions – Faire grandir – Célébrer – Embellir la vie – Asservir l’argent – Viser juste – Créer – Croire en un Dieu pour l’homme – Évangéliser.

Soulignons ici quelques-uns des chapitres qui nous ont semblé les plus marquants :

  • La foi trinitaire, que peu de pasteurs ou de catéchètes osent aborder, est pourtant une dimension essentielle du message évangélique, puisque la vie trinitaire de Dieu est source de tout amour.
  • L’éternelle opposition entre la science et la foi est maintenant dépassée.
  • En s’incarnant dans les diverses cultures (inculturation), le messager de la foi doit tenir compte du nouveau contexte culturel et l’aborder avec sympathie. C’est ainsi que le christianisme s’enrichira et donnera lieu à une expression nouvelle et originale de la foi.
  • La compassion pour les pauvres et les démunis est une autre dimension fondamentale du message évangélique. L’initiation à la foi réussira dans la mesure où la communauté chrétienne compatira avec les pauvres.
  • Les pasteurs tiennent-ils suffisamment compte des reproches de Jésus aux pharisiens et aux scribes? Leur rôle est pourtant de faciliter l’accès du Royaume. Le comportement traditionnel du clergé catholique à propos de l’exercice du pouvoir et de l’autorité n’est pas de tout repos. Contrairement au pouvoir qui peut se prendre, même par la force, l’autorité est reconnue par l’autre et s’impose d’elle-même, comme la parole de Jésus chez les auditeurs.
  • La liberté du chrétien exige le respect. On ne naît plus chrétien, on le devient librement, avec son intelligence, selon le cheminement de chacun.
  • La célébration de la foi. On ne peut vivre sa foi sans la célébrer. Le rassemblement chrétien est un lieu d’évangélisation, à condition que les célébrations soient « délibérément ouvertes, compréhensibles et accessibles » à tous.
  • Foi et beauté vont de pair. Initier à la foi par l’intermédiaire du patrimoine artistique chrétien, promouvoir une culture de la beauté, susciter les talents artistiques, « c’est tout simplement servir l’homme et, de surcroît, rendre cet Évangile désirable. » (p. 129).

Les chemins du P. Fossion sont d’une grande richesse, mais parfois arides. Certains sont des voies « étroites » qui exigeront de l’audace. L’ouvrage est présenté dans une perspective européenne. Ainsi le chemin 17, intitulé Viser juste, qui porte sur les péchés capitaux, n’accrocherait peut-être pas nos cégépiens du Québec. En revanche, d’autres parcours sont moins austères et plus accessibles, comme embellir la vie, créer, vivre libre, compatir, etc.

Utilisation

  • Un outil pour réfléchir en petits groupes.
  • À utiliser par les personnes ayant une certaine formation théologique.
  • L’ouvrage peut aussi servir de balises pour évaluer sa foi.
  • Indispensable pour toute personne qui veut suivre le conseil de saint Pierre : « Soyez toujours prêts à rendre raison de votre espérance devant ceux qui vous en demandent compte. » (1 P 3,15)
Retour haut de page