Imprimer

Un signe vivant

À la sortie de l’église,
la nouvelle ou le nouveau baptisé
n’a en main que deux objets
pour nourrir concrètement sa foi,
du moins ceux que prévoit le rituel
à savoir un cierge et un vêtement blanc.
En fait, il y a un plus.
Un signe s’est ajouté.

Ce signe reçu par la personne
qui vient de célébrer son baptême
et avec lequel elle quitte l’église
est la présence à ses côtés
d’une marraine et d’un parrain.

La vie chrétienne
ne s’ouvre véritablement à nous
que si nous acceptons de reconnaître
que les paroles de Dieu passent par le témoignage,
parfois admirable,
parfois maladroit et fragile,
de personnes très humaines.

Fr. Jacques-Benoît Rauscher, o.p.

Retour haut de page