Imprimer

Le Dieu révélé en Jésus-Christ est l’Anti-Narcisse

Sainte Trinité d'André Roublev

Comment Dieu peut-il être l’amour s’il est solitaire? Un être solitaire ne peut réfléchir que sur soi, se replier sur soi, s’enivrer de soi, se complaire en soi!

Comment concevoir que la vie divine soit ce narcissisme à une échelle infinie, sans éprouver de dégoût? Comment imaginer un être qui se repaît de lui-même, un être qui ne vit que de lui-même, qui n’a besoin de personne, puisqu’il est censé être la source de tout?

Comment imaginer cet être, existant pour soi – dont nous dépendons essentiellement – qui laisser tomber quelques miettes de sa table sur nous et qui nous attend au tournant de notre itinéraire, lorsque sonnera l’heure de notre mort? Il est évident que cette idole est intolérable!

Le vrai Dieu d’humilité, Maurice Zundel, Cénacle de Paris.


Nous ne pouvons plus admettre que Dieu soit un Narcisse à l’échelle infinie… nous ne pourrons pas imaginer la perfection divine comme une gravitation autour de soi… (p. 69)

Dieu ne nous touche et ne peut nous toucher que par l’amour. (p. 147)

Un autre regard sur l’homme, Maurice Zundel, paroles choisies par Paul Debains, Le Sarment / Fayard, 1996.


Dieu est un amour qui nous veut libres et qui ne peut se manifester que lorsque l’homme trouve sa grandeur et sa liberté dans une réciprocité d’amour.

L’homme révélation de Dieu, Maurice Zundel, Dar el Salam, Le Caire, 26 juin 1962.

Retour en haut