Imprimer

Pour la croissance humaine et spirituelle ...

Un livre destiné aux adultes responsables de l’éducation de la foi des enfants et qui met l’accent sur la puissance des symboles bibliques.

Vivre la magie des histoires bibliquesTREMBLAY, Jacques, Vivre la magie des histoires bibliques – Pour la croissance humaine et spirituelle des jeunes enfants, Coll. Croissance humaine et spirituelle, Montréal, Éditions Médiaspaul, 2001, 286 p.

Jacques Tremblay, professeur à l’université de Sherbrooke, est diplômé de l’Institut biblique pontifical de Rome et auteur de plusieurs ouvrages, articles de revue et de matériel audiovisuel sur l’enseignement religieux.

Le livre est destiné d’abord à « aider les adultes responsables de l’éducation de la foi des enfants de 6 et 7 ans », mais intéressera aussi les personnes plus âgées et les parents.

Contenu – I

Méthode – Elle peut se résumer en six points :

  • Texte de la bible;
  • Exégèse du texte;
  • Évaluation de son potentiel éducatif sur les plans cognitif, affectif, moral et religieux;
  • Récit proposé aux enfants de 6-7 ans;
  • Appropriation du message par diverses activités pédagogiques;
  • Orientation du récit sur le plan individuel et social.

La force symbolique des histoires bibliques – Il est important de faire ressortir l’essentiel du message, sans les détails plus ou moins historiques. Inutile de faire apprendre par cœur les « histoires bibliques » comme des anecdotes.

Le but des auteurs de la bible est « d’aider les lecteurs à mieux vivre, grâce à leur foi en Dieu » (p. 11), en recourant à la littérature symbolique plutôt que descriptive. L’ouvrage tentera de faire découvrir la richesse des « histoires de la bible »; voir les extraits plus bas.

Cet enseignement est tout à fait adapté au développement intellectuel des jeunes de 6 à 7 ans, caractérisé par la pensée magique (p. 17). À cet âge, les enfants vivent les symboles plutôt qu’ils ne les comprennent, comme l’annonce le titre de l’ouvrage : Vivre la magie des histoires bibliques.

Le développement intégral de l’enfant – Un exposé sur le développement intellectuel, socio-affectif, moral et religieux des jeunes de 0 à 18 ans sert de préalable à la lecture des histoires bibliques.

Deux textes de l’Ancien Testament et huit du Nouveau Testament illustrent les traces de la présence de Dieu. La création du monde (les deux récits de la Genèse), ainsi que La sortie d’Égypte et le personnage de Moïse (Exode font l’objet d’un long exposé (p.55-80).

Contenu – II

Huit textes évangéliques fondent la conviction chrétienne que Jésus révèle un Dieu Père plein d’amour. L’Esprit Saint habite Jésus tout au long de sa mission. Les passages utilisés sont :

  • Jésus au temple à 12 ans;
  • L’appel des premiers disciples;
  • La guérison d’un lépreux;
  • La brebis perdue;
  • Jésus avec les petits enfants;
  • Zachée;
  • La résurrection de Lazare et la décision de faire mourir Jésus;
  • L’histoire de la mort et de la résurrection de Jésus.

La résurrection de Lazare, interprétée comme une conversion et une remise en relation harmonieuse de Lazare avec ses sœurs, sa communauté et Dieu, et impliquant une démarche de pardon chrétienne (p. 138-39), est étonnante et semble difficile pour les enfants de 6-7 ans; cela d’autant plus que le récit proposé aux jeunes (p. 137-138) ne fait aucune allusion à une conversion, ni à une démarche de pardon. La démarche du pardon dans la famille de Lazare et chez les premiers chrétiens est intéressante, mais le lien avec la résurrection de Lazare ne va pas de soi.

On passe ensuite à la grandeur de l’être humain, illustrée par l’histoire de Jonas, tandis que la guérison de l’enfant d’un centurion et l’histoire du bon Samaritain mettent en relief le respect de la dignité de l’être humain.

L’exposé des conceptions de survie, de rétribution, de résurrection dans les traditions hébraïque, grecque et chrétienne, tirées en grande partie de Un chemin de vie, publié en 1993, permettra au catéchète d’approfondir la pensée chrétienne sur la mort et la résurrection.

Les apôtres prennent lentement conscience de la mort et la résurrection de Jésus. Ils y arriveront difficilement, en passant par les étapes du deuil. Il en sera ainsi pour chacun des êtres qui nous sont chers. Sur ce sujet, une lecture historique des variantes des quatre Évangiles ne rend pas compte de l’intention fondamentale des Évangélistes (p. 253). La réponse se trouve dans 1 Cor chap. 15. Jésus est présent dans son corps ressuscité et transformé (p. 256).

Utilisation

L’ouvrage de Jacques Tremblay est important et susceptible de rendre service à tout éducateur-catéchète, même si parfois l’auteur laisse l’impression de s’adresser à des spécialistes.

Nul doute que la méthode proposée par Jacques Tremblay – exégèse, interprétation , etc., répondra à ses espérances : contribuer à la formation des enfants et aider les éducateurs et les parents à transmettre un précieux héritage religieux aux jeunes (p. 267).

Retour haut de page