Imprimer

Avec le Christ

En récrivant les psaumes, le père Gauthier a cherché à choisir les mots susceptibles de porter le cœur des priants d’aujourd’hui.

GAUTHIER, Roger, o.m.i., Prier les psaumes avec le Christ, Fides/Médiaspaul, SOCABI, 2003, 253 p.
Oblat de Marie Immaculée, le père Roger Gauthier a consacré sa vie à l’enseignement et à l’animation spirituelle.

Présentation

Prier les psaumes avec le Christ150 psaumes, 150 invitations à une prière qui parle au cœur.

Pourtant… on raconte que Thérèse de Lisieux n’était pas à l’aise pour prier avec certains psaumes. Au fait, certains de ceux-ci parlent de peur de Dieu, de haine des ennemis, etc.

Plusieurs personnes, dont l’auteur le père Roger Gauthier, disent avoir ressenti le même malaise en lisant les psaumes.

La personnalisation des psaumes (à titre d’exemple, on remplace dans son cœur « haine des méchants » par « haine du mal ») ou l’étude de diverses exégèses suggérant le sens mystique des psaumes constituent des voies heureuses pour favoriser une prière chrétienne. D’ailleurs, les Pères de L’Église ont souvent donné aux psaumes un sens spirituel inspiré par le Nouveau Testament.

Cependant, des difficultés demeurent…

Le père Roger Gauthier s’est donc risqué à récrire les psaumes en délaissant le plus possible la mentalité de l’Ancien Testament présente dans les psaumes afin de favoriser une vision évangélique de la vie. Délibérément, il a choisi des mots proches de la vie quotidienne afin de faciliter la prière.

Ancien Testament ou Évangile ?

Comme le disait Maurice Zundel, bon nombre de chrétiens ont une mentalité propre à l’Ancien Testament.

Deux conceptions de Dieu

Ancien TestamentVision évangélique
Un Tout-Puissant qui exige obéissance.Un Père qui offre son amour.
Le Créateur qui produit tous les événements, même les plus éprouvants.L'Esprit qui donne sens à toutes les situations humaines, heureuses ou malheureuses, produites par des humains.
Le Maître qui récompense selon le mérite.Le Père miséricordieux et gratuit.
Le protecteur d'une communauté privilégiée.Le Sauveur de toute l'humanité.

Les magnifiques textes que sont les psaumes furent écrits il y a si longtemps qu’ils sont parfois le véhicule d’une théologie étrangère au Dieu-Père révélé par Jésus Christ. Au fait, ils risquent de nous garder dans la mentalité propre à l’Ancien Testament.

Or, il y a une progression dans la Révélation. Tel un pédagogue, Dieu se révèle de plus en plus, en fonction du niveau de croissance et de maturité de son peuple.

Avec Jésus Christ, la Révélation est accomplie.

Plus qu’une nouvelle traduction

Des traductions des psaumes, il en existe déjà de très belles. Elles sont indispensables pour nous faire pénétrer dans la foi de nos ancêtres, à l’origine de la nôtre.

Cependant…

  • La foi d’Abraham ne trouve son vrai sens qu’à la lumière de la foi en Jésus Christ;
  • Les paroles des psaumes portent un sens mystérieux que seul Jésus révèle.

Les multiples expériences spirituelles évoquées dans les psaumes ainsi que toute la gamme des sentiments qui leurs sont associés (joie, peine, inquiétude, sécurité, attente, déception, conflit, réconciliation, agressivité, douceur, enthousiasme, dépression, audace, peur, amour, haine, etc.) restent valables pour tous les temps.

En priant les psaumes, le chrétien suit la même démarche que les psalmistes, mais il a en tête et dans le cœur le Dieu révélé par Jésus Christ.

Une réécriture au service d’une vision évangélique de la vie

Afin de favoriser une vision évangélique de l’existence, le père Gauthier a jugé bon récrire les psaumes en opérant certains passages fondamentaux.

Quelques passages effectués dans la réécriture

De :À :
Adoration du Tout-Puissant.Familiarité avec un Père plein d'amour.
Respect craintif de Dieu.Spontanéité de l'enfant qui parle, avec son Père, en communion avec Jésus, de ses besoins, de ses problèmes et de ses erreurs.
Appel à la justice de Yahweh pour punir les « méchants ».

Jugement sur les personnes.

Haine des ennemis.
L'appel à la miséricorde au Père, pour soi comme pour les autres.

Demande au Père de traiter les autres comme nos frères et nos sœurs et de leur donner la grâce d'accueillir son dessein sur eux.
Le mal est vu comme une corruption qui menace le peuple de Dieu et le contamine.

Le mal est une réalité surtout collective dont un noyau de « purs » est protégé par Yahweh.
Le mal est surtout perçu comme une expérience personnelle vécue « solidairement » avec toute la communauté humaine.

Éviter tout pharisaïsme qui se juge exempt du mal.
La belle image du berger (qui parlait très fortement dans une société largement paysanne).L'image du père miséricordieux (plus parlante dans une société industrialisée pour annoncer un Dieu qui pourvoit au bonheur de ses enfants par la puissance de son amour).

De plus, le père Gauthier a donné à certains psaumes un climat très personnel, et à d’autres, un climat beaucoup plus communautaire. Ce souci d’équilibre s’explique par le fait qu’au temps des psalmistes, la collectivité était beaucoup plus présente que l’individu dans la pensée du groupe.

Dans sa réécriture, l’auteur s’est efforcé de ne perdre aucune des richesses spirituelles exprimées dans les psaumes.

Utilisation

Faire usage au sein de parcours catéchétiques

Nourrir sa prière personnelle

  • Lors d’un temps de prière, ne pas chercher à réciter le plus de psaumes possible.
    Prendre le temps de s’arrêter afin d’y mettre son cœur.
    « Ta prière, ce sont tes désirs » disait Saint Augustin.
  • Prier pour soi et pour les autres.
    Développer des échos communautaires à des expressions plus individualistes et se sentir concerné personnellement par les expressions plus collectives.
  • Personnaliser certaines formulations des psaumes.
    Que les mots suggérés nourrissent sa prière personnelle.

Renouveler la prière communautaire

La division de chaque psaume en paragraphes très courts permet l’alternance lors de la récitation.

Il est bon d’être attentif au mouvement dans la prière.
Dans une même prière, tantôt on s’adresse au Père ou au Fils, tantôt on se parle de ce que le Père fait pour nous.

Échantillon du recueil – 5 psaumes

En récrivant les psaumes, le père Gauthier a cherché à choisir les mots susceptibles de porter le cœur des priants d’aujourd’hui vers le Père, et ce, tout en gardant contact avec l’inspiration de chaque psaume.

Quoi de mieux que de constater par soi-même cette si belle réécriture? Voici 5 psaumes tirés du recueil du père Gauthier.

Psaume 1 – Mon bonheur

Me diriger selon mes caprices, nier le mal qui m’habite, refouler Dieu dans un coin de ma vie, ne m’a jamais rendu heureux.
Mais je goûte une joie profonde quand je laisse le Seigneur me guider, quand ses pensées m’habitent la nuit comme le jour, au travail comme au repos.
En ces moments-là, je me sens plein de vie, comme un arbre aux feuilles toujours vertes, qui produit fidèlement les fruits qu’on en attend, qui ne craint pas le prochain hiver parce qu’il est sûr du printemps à venir.
S’il m’arrive, au contraire, de suivre mes propres lois, je me sens fragile comme la fleur que le prochain coup de vent détruira; je redoute l’irruption du Dieu tout-puissant et j’essaie de l’oublier.
J’ai peur d’avoir raté ma vie en me rappelant le bonheur que j’ai vécu pendant mes moments d’intimité avec un Seigneur que j’appelais mon Père.

Psaume 3 – Mes luttes quotidiennes

Ô Père, quand je suis malheureux, je m’en prends à la société qui m’entoure.
Mais si j’y regarde avec toi, de plus près, je vois bien que mes pires ennemis sont en moi.
Ils sont nombreux et sans cesse en éveil à vouloir détruire ce que j’ai de meilleur. Souvent, j’ai peur de ne jamais les vaincre.
J’oublie vite que tu es toujours avec moi que tu ne les laisseras pas me détruire; qu’ils ne peuvent rien contre les forces que tu mets en mon être.
Non! ils ne me feront pas plier devant eux. À chaque fois que je t’appelle, tu me réponds avec la puissance de ton cœur.
Dès mon réveil, tu m’assures de ton soutien pour les luttes du jour qui commence.
Père, ne cesse jamais d’intervenir, viens sans cesse à mon secours.
Ensemble nous détruirons le mal, où qu’il soit : en moi et dans tous tes enfants de la terre. Que ta bénédiction nous accompagne toujours!

Psaume 5 – Rencontre avec le Père

Père, dès mon réveil, ce matin, j’ai préparé ma rencontre avec toi.
Me voici devant et j’attends. J’ai de choses à te dire, je sais que tu vas les écouter : tu as toujours été attentif à mes appels car tu es un Père plein d’amour.
Je sais que tu n’aimes pas le mal, où qu’il soit : en moi comme en toute l’humanité; je sais que tu le détestes sans équivoque, et travailles à le détruire partout sur la terre; surtout chez les gens qui rendent les autres malheureux, ou qui refusent de voir la vérité sur eux-mêmes, aussi chez les gens qui cultivent des fruits de mort ou qui n’ont aucun souci de la justice.
Mais en même temps, ta bonté est si grande que n’importe qui peut te rencontrer où qu’il soit et s’en remettre à ton amour, car tu es fidèle à tes promesses de nous libérer du mal sur notre route quotidienne.
Pour cela, garde-nous des illusions qui faussent nos pensées et corrompent notre cœur.
Nous essayons toujours de les justifier à nos yeux; ne nous laisse pas confondre la mort et la vie.
Les épreuves qu’engendrent nos propres erreurs, tu nous offres de les tourner en sources de libération donne-nous d’accueillir cette intervention de toi.
Nous rappelant tes réponses à nos appels, nous sommes habités tout entiers par la joie et nous voudrions la clamer tous les jours comme ta victoire sur le mal qui nous habite.
Ta bienveillance nous enveloppe et nous protège; sois notre abri aujourd’hui et toujours.

Psaume 7 – Que je me voie dans la vérité

Père, c’est sur toi que je compte pour arriver à la vérité sur moi-même.
Des sentiments de culpabilité me torturent; ils me déchirent comme des griffes de lion et je n’arrive pas à m’en débarrasser.
J’ai l’impression d’avoir commis les pires crimes, d’avoir rendu le mal pour le mal, d’avoir détruit les gens qui me traitaient injustement.
Si c’est vrai, Père, que ma culpabilité me poursuive et me rattrape, qu’elle m’écrase et brise ma paix jusqu’à ce que je reconnaisse la vérité de mon mal et que je m’en remette à ta miséricorde avec un cœur de pauvre.
Mais si je n’ai pas fait le mal que je crains, déracine la peur qui me vient d’une fausse image de toi et de moi.
Tu es un Père juste qui ne se plaît pas à condamner mais qui savoure les dons que tu mets en moi.
Donne-moi de me voir comme tu me vois, avec mes valeurs et mes limites, de m’aimer comme tu m’aimes, sans dureté ni mollesse.
Même si tu es toujours là, Père, pour me protéger, mes sentiments de culpabilité viendront encore m’inquiéter.
Ils me darderont au cœur comme des épées; ils chercheront à m’assécher comme un feu; ils voudront m’angoisser comme la mort.
Je t’en supplie : retourne ces peurs en grâces; fais qu’elles m’amènent à plus de confiance en toi, qu’elles effacent la sévérité de ton visage, qu’elles me révèlent chaque jour combien je suis précieux à tes yeux.
Père, donne-moi de m’émerveiller devant toi et mon cœur voudra chanter ta présence.

Psaume 15 (14) – Exercices de fidélité

Père, j’ai cherché quoi faire pour entrer dans ton projet sur moi, pour m’ouvrir au don de la foi évangélique.
Voici ce que tu m’as fait comprendre :
M’assurer d’abord à chaque jour de la rectitude de mes intentions : accorder mes comportements avec mes paroles;
Éviter les bavardages sur le dos des autres;
Refuser tout geste qui pourrait nuire à quelqu’un;
M’abstenir d’insulter les voisins contrariants; renoncer aux faux plaisirs qui m’attirent et que mon entourage trouve si agréables; Encourager les gens qui cherchent le vrai Dieu;
Tenir ferme une promesse difficile à vivre;
Si je prête de l’argent, que ce soit sans intérêt; refuser tout cadeau offert pour que je témoigne contre un innocent.
Ces attitudes me rendront capable d’accueillir ce que m’offre le Sauveur envoyé par le Père.


Étiquettes : ,


Retour haut de page