Saint Augustin

Augustin

Saint Augustin voit le jour au milieu du 4e siècle de l’ère chrétienne. Alors que l’Empire romain se prépare à connaître son déclin, le christianisme s’est répandu tout autour du bassin méditerranéen. Né d’un père païen et d’une mère chrétienne, c’est de haute lutte qu’il se convertit. Il lui faut apprendre à apprivoiser l’acte de croire. Il ne faut pas s’étonner que les chemins qui y conduisent, comme la catéchèse, l’aient toujours préoccupé.

Saint Augustin

La rencontre du vrai Dieu est une expérience libératrice

Voici ce qu’écrivait Maurice Zundel le 30 mars 1964 : « Dans un des plus beaux textes de la littérature humaine, il y a un témoignage de Saint Augustin qui est véritablement inépuisable, et qui me paraît toujours plus neuf et plus beau. (…) Il est impossible de dire les choses avec plus de simplicité, plus de profondeur, et il suffit de vivre ces lignes, de les laisser retentir en soi, pour percevoir ce mouvement étonnant et magnifique où un être passe du dehors au dedans. »

Flamme Cierge

Liberté et libération

Maurice Zundel voit dans l’expérience de la « liberté entendue comme libération », le signe par excellence de la rencontre du Dieu de l’Évangile. L’être humain s’intériorise : il devient « source » et « lumière », en communion avec le Dieu vivant.

Retour haut de page