Montagne, roc sur fond de ciel bleu par Ash Edmonds (unsplash.com)

Miser sur la fidélité de Dieu Dieu désire la prière pour nous

Tout comme l’apôtre Paul, l’expérience de notre faiblesse nous invite à miser sur « plus grand que nous » afin que la Vie nous habite. Tiré de 2 Co 12,9 : « Mais il m’a déclaré : ‘Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse.’ C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. »

Deux personnes prennent soin de plantes - Photo par Daniel Funesfuentes (unsplash.com)

Le tissu communautaire

Une véritable communauté est une communauté où les membres cheminent ensemble et s’évangélisent les uns les autres. C’est ce qui conduit à la célébration elle-même à redécouvrir comme espace d’évangélisation.

Épi de blé - Soleil

Une rencontre transformatrice Pour une morale créatrice et libératrice

La mystique chrétienne est une rencontre transformatrice qui donne des ailes plutôt que d’être une morale contraignante et asséchante.

« Une morale, c’est une conformité à une Loi. Une mystique, c’est une prise de position en face de Quelqu’un. C’est une attitude personnelle envers une personne et nous sommes toujours sur le terrain de l’Évangile, en face de Quelqu’un, en face de Quelqu’un qui nous aime et qui attend notre amour. » (Maurice Zundel, Je parlerai à ton cœur, 1990, p. 217)

Directions

Prendre le chemin de la liberté « Mon être m’attend »

L’être humain dispose d’une faculté de choisir. Il se distingue notamment du monde animal par une volonté qui est au service d’une liberté encore plus fondamentale, celle de la liberté intérieure, celle de la liberté d’être.

Personne qui marche dans le désert

Un exercice de mémoire Réflexion sur le premier dimanche du Carême de l’année C

Cette réflexion accompagne et présente la liturgie de la parole proposée pendant le Carême de l’année C. Parce qu’il y en a deux autres, le A et le B tout simplement parce que la liturgie des dimanches propose des pages d’Évangile réparties sur trois ans. Durant une année, la parole est alors laissée à Matthieu (année A), à Marc (année B) puis à Luc (année C). Quant à Jean on le retrouve lors des grandes fêtes. Des pages tirées du Premier Testament et entre autres, des Lettres de Paul complètent le tout. Cette année, Luc est au programme. Voilà pour la technique. Le présent article offre pour sa part un fil conducteur pour en faciliter la lecture.

Retour haut de page