Un héritage et des questions… Présentation de la série « Je vais à la messe »

Premier d’une série de dix articles sous la forme d’un petit voyage dans l’univers de la messe. En se laissant guider par des questions souvent posées, l’auteur propose un survol de cet incontournable de la pratique chrétienne.
Réfléchir sur le sens de la messe. Revisiter le sens des gestes, objets et aspects qui font partie de la messe.

Un héritage qui se transmet et se reçoit

Si je vais à la messe, c’est parce qu’un jour quelqu’un m’y a conduit. L’aventure a peut-être commencé quand j’étais tout petit, alors c’est qu’on m’y aura conduit par la main.

À moins que ce ne soit plus tard. J’aurai alors croisé sur ma route l’une ou l’autre de ces personnes croyantes qui, se sachant riches d’un trésor, ont voulu me le partager.

Ainsi on ne va pas seul à la messe. On sent bien qu’il y a là quelque chose d’un héritage. Et un héritage, ça se transmet, ça se reçoit.

Une transmission en forme d’accompagnement

Si je vais à la messe – si j’y vais encore –  c’est que cet héritage est maintenant bien inscrit dans mes habitudes. Mais est-ce suffisant pour en prendre la juste mesure, pour être à mon tour capable de le transmettre? Les premiers chrétiens étaient habités par ce genre de préoccupation. Ils avaient le souci de prolonger la formation des adultes qui avaient été initiés à la pratique des sacrements. Ils le faisaient au moyen d’une technique de catéchèse un peu particulière qu’on appelle « mystagogie ».

On connaît aujourd’hui des moyens pour accompagner les « petits » dans leurs apprentissages, ce qu’on appelle précisément la « pédagogie » (ça vient d’un mot grec ‘paidos’ enfants).

Même si elle est moins connue, une approche existe aussi pour accompagner les « initiés » (‘mystès’ en grec). Elle a pour objectif de peaufiner leurs premiers apprentissages. C’est la « mystagogie ». C’est un peu comme de l’éducation permanente, mais avec un objectif bien ciblé.

Réfléchir sur certains aspects, gestes ou objets qui font partie de la messe

Cette série d’articles aura donc un caractère « mystagogique ». C’est-à-dire que, partant du principe que nous sommes des habitués de la messe, de véritables ‘initiés’,  nous en relirons certains aspects, certains gestes, certains objets même pour nous les approprier davantage.

Aux premiers temps de l’Église, l’évêque rassemblait autour de lui ceux et celles qui depuis quelque temps avaient commencé à communier et vivait avec eux des « catéchèses mystagogiques ». Un peu à sa manière, nous nous poserons des questions du genre: Quand tu partages le corps du Christ, quand tu traces sur ton corps le signe de la croix, quel geste poses-tu et pourquoi, quel en est l’origine?

Réfléchir sur le sens de la messe

C’est ainsi que nous réfléchirons sur nos raisons d’aller à la messe. Nous nous demanderons s’il faut parler de messe ou d’eucharistie, ou mieux de repas du Seigneur. Puis nous chercherons à comprendre le sens et la portée des symboles en liturgie, la structure de la messe, la « présence réelle » du Christ et quelques-uns des gestes qui disent la foi. Enfin nous nous interrogerons sur ce qui vient après, quand le président d’assemblée nous dit: Allez dans la paix du Christ.

Un petit bout de voyage dans l’univers de la messe

En dix articles nous ferons ensemble un petit voyage dans l’univers de la messe espérant répondre à quelques-unes de vos questions. Peut-être aussi serez-vous mieux habilités à répondre à celles qui pourraient vous être posées parce que vous êtes de ceux et celles qui n’hésitent pas à affirmer, mais oui, je vais à la messe…!