La prière de bénédiction Les visages de la prière

Voici le quatrième d’une série de cinq articles consacrés à la prière. En se référant à quelques formes de prière plus familières, l’auteur en cerne les contours et en précise les caractéristiques les plus importantes comme ses principaux fondements bibliques.

Bénir

Que Dieu nous bénisse et que la terre tout entière l’adore (Ps 67,8)
Béni sois-tu, Seigneur! (Ps 119,12)

De quoi s’agit-il ?

Quand Dieu bénit, sa bénédiction descend sur nous. C’est tout le sens de la salutation de Paul :

La grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint soient avec vous tous. (2 Co 13,13)

À certains moments, c’est nous qui le bénissons de nous avoir bénis.

Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis par toutes sortes de bénédictions spirituelles aux cieux dans le Christ. (Ep 1,3)

Le mot bénédiction vient du latin bene dicere qui se traduit tout simplement par « dire du bien » ou « souhaiter du bien ».

C’est l’action de bénir en parole ou en geste. Sa référence au fait de « dire du bien » ou d’en « souhaiter » indique déjà les deux sens qui lui sont habituellement connus et qui en font un synonyme de louange ou d’un bienfait accordé.

Plus techniquement, une prière de bénédiction est une courte intervention destinée à remercier Dieu pour son aide et à le louer.

Bénir sans cesse

Un rabbin disait que toute personne devrait dire cent bénédictions par jour : le matin, le soir, lors des repas, au travail, lors des voyages, des événements ou rencontres ainsi que dans la maladie et la mort elle-même.

Pour lui : « Grâce à la bénédiction, l’univers devient un sanctuaire immense à pénétrer et à traverser avec vénération et contemplation ».

Une double joie

La prière de bénédiction offre une double joie : celle de se savoir objet de la bienveillance de Dieu et de percevoir le monde comme une parabole d’unité et d’harmonie.

La bénédiction de Dieu nous apprend à reconnaître le doigt de Dieu dans nos réussites comme dans nos contrariétés.

Jésus nous dit : Sans moi vous ne pouvez rien faire (Jn 15,5). Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez, ne maudissez pas… (Rm 12,14)

Bref, la bénédiction c’est Dieu lui-même seul bien vraiment désirable. Ne nous est-il pas donné à l’Eucharistie? Les bénédictions qui ouvrent et achèvent l’Eucharistie veulent nous mettre en sa présence et sont là pour le traduire.