Catéchète, Écho de la Parole Ressourcement pour catéchètes

3ième parcours d’une série de 3. Dans ce ressourcement, le catéchète est invité à être porteur et témoin d’une Parole vivante dont il fait l’expérience.

Ce parcours a été réalisé avec l’aide de R. Robert, n.d.a.

Présentation

Dans ce 3ième parcours, les participants auront approfondi une dimension importante de leur mission catéchétique : être Écho de la Parole de Dieu auprès des jeunes, avec le désir de susciter des disciples de Jésus, engagés dans la communauté chrétienne.

Ce parcours propose 6 étapes :

Mise en route – Et la Bible, c’est quoi pour toi ?

Présentoir des Bibles

Ce que représente la Bible pour moi

Plénière

Écoute des différentes significations de la Bible pour les personnes présentes. Puis, en revenant aux diverses présentations de la Bible, je note du nouveau, s’il y a lieu :

Cueillette de ce qui me rejoint dans la plénière

Ils disent ce qu’est la Parole pour eux

« Elle est tout près de toi, cette parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur afin que tu la mettes en pratique » (Dt 30,14).

« Ta Parole est une lampe pour mes pas, une lumière sur mon chemin » (Ps 118,105).

« J’aime tes paroles de vie bien plus que l’or et les pierres précieuses » (Ps 118,127).

« Le Seigneur dit à Ézéchiel : mange ce rouleau et va vers Israël et tu lui transmettras mes paroles » (Ez 3,1-4).

« Le Seigneur DIEU m’enseigne… Chaque matin, il me réveille pour que j’écoute comme un bon disciple » (Is 50,4).

« Ensuite Jésus leur dit: Allez dans le monde entier, annoncez la Bonne Nouvelle à tous » (Mc 16,15)

Exploration – Comment devenir Écho de la Parole?

Note

Dans la mise en route, nous avons exprimé ce que la Bible représente pour nous. Nous voulons maintenant faire une première exploration du thème de la rencontre : comment devenir Écho de la Parole auprès des jeunes? Nous réaliserons cette exploration en 3 temps.

Si cela est possible, rappelle-toi une page de l’Évangile importante pour toi, une Parole ou un geste de Jésus que tu gardes dans la mémoire de ton cœur. Tu l’écris dans tes mots à toi.

Comment puis-je devenir Écho de la Parole?

Faire retentir dans le cœur

Devenir Écho de la Parole, c’est chercher à la faire retentir dans le cœur des jeunes. À quelles conditions? Essayons de les identifier. Écoute attentivement les 2 témoignages suivants, tout en répondant aux questions dans les casiers :

Dans le premier témoignage, une personne aura préparé un texte pour relater un événement qui a touché la collectivité. Elle lira au groupe son « témoignage » à la manière d’un journaliste : avec objectivité, sans implication personnelle ni émotion.

Dans le deuxième témoignage, une autre personne livrera brièvement une expérience vécue dans laquelle elle communiquera comment un texte des Saintes Écritures lui a permis de relire son expérience de manière nouvelle et enrichissante pour sa vie spirituelle. À titre d’exemple, une personne relit un déménagement couplé d’un nouvel engagement à la lumière du départ d’Abraham : « Va, quitte les tiens et va vers le pays que je t’indiquerai » (Gn 12,1ss).

1er témoignage :

2e témoignage :

Résumé de nos découvertes en plénière

À quelles conditions puis-je devenir Écho de la Parole?

Saisir ce qui différencie les deux témoignages :

Les conditions pour devenir Écho de la Parole sont :
 

Recherche biblique

Les premiers témoins de Jésus sont devenus écho de Sa Parole après avoir vécu une profonde expérience avec Lui, comme nous le laisse entendre l’Évangile de Jean dans l’appel des premiers disciples (Jn 1,35-51) :

Le jour suivant, Jean est là de nouveau avec deux de ses disciples. Il regarde avec attention Jésus qui passe et il dit : « Voici l’agneau de Dieu. » Les deux disciples de Jean entendent ces paroles et ils suivent Jésus. Jésus se retourne. Il voit que les disciples le suivent et il leur demande : « Qu’est-ce que vous cherchez? » Ils lui répondent : « Rabbi, où est-ce que tu habites? » Le mot « Rabbi » veut dire « Maître ». Jésus leur répond : « Venez, et vous verrez. » Ils viennent, ils voient où Jésus habite et ils restent avec lui ce jour-là. Il est environ quatre heures de l’après-midi. L’un des deux hommes qui ont entendu les paroles de Jean et qui ont suivi Jésus s’appelle André. C’est le frère de Simon-Pierre. André rencontre d’abord son frère Simon et il lui dit : « Nous avons trouvé le Messie. » Le mot « Messie » veut dire « Consacré par l’Esprit ». Il conduit Simon auprès de Jésus. Jésus regarde Simon avec attention et il lui dit : « Tu es Simon, le fils de Jean. Tu t’appelleras Céphas. » Ce nom veut dire « Pierre ». Le jour suivant, Jésus décide de partir pour la Galilée. Il rencontre Philippe et il lui dit : « Suis-moi! » Philippe est de Bethsaïda, le village d’André et de Pierre. Ensuite, Philippe rencontre Nathanaël et il lui dit : « Celui dont ont parlé Moïse et les prophètes, c’est Jésus, le fils de Joseph. Il est de la ville de Nazareth. » Nathanaël dit à Philippe : « De Nazareth, est-ce qu’il peut sortir quelque chose de bon? » Philippe lui répond : « Viens, tu verras ». Jésus voit Nathanaël qui vient à lui et il dit à son sujet : « Voici un vrai Israélite. Cet homme-là ne sait pas mentir. » Nathanaël demande à Jésus : « Comment est-ce que tu peux me connaître? » Jésus lui répond: « Avant que Philippe t’appelle, je t’ai vu. Tu étais sous le figuier. » Alors Nathanaël lui dit : « Maître, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël! »

Comment les témoins sont-ils devenus Écho de la Parole?
Recherche avec l’animateur

Quel fut le résultat de leur témoignage?

Analyse du texte

Nous sommes au début du quatrième Évangile, au chapitre 1, dans la section appelée : les premiers disciples. Le texte nous présente une série de paroles qui jaillissent du cœur de ceux qui interpellent et qui trouvent un écho dans le cœur des appelés :

Notes personnelles

Synthèse des découvertes

Nous arrivons au terme de notre démarche qui nous a permis d’approfondir le thème de notre rencontre : Catéchète, Écho de la Parole.

La recherche, la réflexion et le partage nous suggèrent les conclusions suivantes pour mieux vivre notre engagement de catéchètes.

Devenir écho d’une expérience spirituelle : dans le texte que nous venons de scruter, il est évident que les personnes, qui prononcent une parole percutante pour les autres, ont vécu une expérience intérieure et spirituelle qui les ont marquées. La rencontre intime avec Jésus les conduit à devenir des disciples qui se font l’écho de cette expérience.

Devenir écho d’une parole concernant Jésus : ainsi Jean-Baptiste a révélé que Jésus était l’Agneau de Dieu, sur lequel il a vu l’Esprit descendre et demeurer. En plus, l’intensité de son regard fixé sur Jésus ajoute de l’authenticité à son témoignage : il désigne Quelqu’un qu’il connaît de l’intérieur. André et Jean désignent Jésus comme le maître qu’il faut suivre. André annonce le Messie à son frère Simon. Philippe parle de Jésus comme Celui qui était annoncé. Et dans sa profession de foi, Nathanaël proclame Jésus comme étant le Fils de Dieu.

Dire la Parole avec son cœur : dans le texte analysé, nous avons saisi que la parole-témoignage a jailli du cœur de chacun des témoins qui ont vécu une expérience de Jésus. C’est pour cela qu’elle a une si forte répercussion sur les autres.

Créer l’environnement qui dispose intérieurement les auditeurs : le texte de l’Évangile suggère que les divers témoignages ont trouvé un écho dans le cœur des auditeurs parce que ceux-ci étaient déjà en attente de Quelqu’un. Ils sont habités par le désir de rencontrer le Messie promis. Ce sont des assoiffés de bonheur, des chercheurs de Dieu. Nous pouvons constater nous-mêmes que le plus beau témoignage prend rarement racine dans le cœur des indifférents.

Dire une Parole qui provoque à un engagement : nous pouvons dire qu’une parole trouve un écho dans le cœur des auditeurs si elle conduit à une décision, un mouvement vers, un engagement de vie, à la suite de Jésus.

Dire une Parole de feu qui se propage : quelqu’un devient l’écho de la Parole s’il provoque un « feu » qui produit comme une réaction en chaîne. La Parole se répercute d’un cœur à l’autre, suscitant de nouveaux disciples de Jésus qui deviendront témoins à leur tour.

Dire une Parole qui conduit à la foi en Jésus : enfin, le passage étudié nous permet de dire que la Parole trouve un écho dans le cœur si elle conduit à une profession de foi en Jésus : « Maître, c’est toi qui es le Fils de Dieu » (Jn 1,49).

Prière autour de la Parole

Note

On se rassemble autour du présentoir des Bibles. Un temps de silence favorisera ce moment d’intériorité. Regard sur les Bibles. Laisser monter la prière d’action de grâce ou de demande. Puis on chante avec les mots de Robert Lebel (CD – Argile : Nous portons un trésor).

Nous portons un trésor
Dans des vases d’argile
Argile de nos corps
Trésor d’Évangile

Trésor de foi et d’espérance
Dont la richesse nous surprend!
Trésor de vie et de présence
Qui nous dépasse infiniment…
Un trésor!

Trésor pour un monde qui cherche
Et ne sait plus comment puiser
Jusqu’aux racines de son être
Pour y renaître et te trouver.
Un trésor!

Trésor qui s’ouvre au cœur du pauvre
Sitôt que lui parvient ta voix.
Mais notre voix, parmi tant d’autres…
Est-elle assez l’écho de toi?
Un trésor!

Trésor chargé de tes promesses!
Mais il faut pour le découvrir
Nous dépouiller de nos sagesses
Et te laisser nous revêtir.
Un trésor!

Pour aller plus loin…

Catéchète pour être Écho de la Parole de Dieu

Rappel

Dans le 1er parcours, nous avons pris conscience que notre engagement de catéchètes ne s’apparente pas à une profession exercée dans une entreprise. Il est d’abord une réponse à un appel, un engagement dans la ligne de notre baptême. Il est plus une vocation qu’un métier. Celle-ci requiert d’abord un esprit de service à la communauté chrétienne car il s’agit d’engendrer des disciples du Christ.

Le 2e parcours a orienté la réflexion des catéchètes sur la nécessité de se ressourcer, en s’appuyant d’abord sur leur expérience du Christ. Cette préoccupation des catéchètes est d’autant plus importante qu’il s’agit d’accompagner les jeunes dans leur recherche et de leur proposer une expérience d’un Dieu proche, qui les aime et désire leur bonheur.

Nous venons de vivre le 3e parcours qui nous a invité-e-s à devenir écho de la parole de Dieu. Nous ne pouvons pas échapper à cette interpellation puisque « la catéchèse puise toujours son contenu à la source vivante de la Parole de Dieu » (Directoire général pour la catéchèse, 94). Si nous voulons former des disciples de Jésus qui s’engagent dans la communauté chrétienne, il nous faut les mettre en contact avec le Christ, à partir de l’Évangile. Quoi de plus stimulant que d’apprendre aux jeunes à lire l’Évangile pour qu’ils deviennent Parole vivante et savoureuse autour d’eux? Une Parole qui donne sens à la vie, qui invite à se mettre en route avec d’autres croyants, dans une communauté de foi et de charité inventive.

Des pistes de réflexion

Les trois étapes de notre démarche s’enrichissent mutuellement. Et nous aurions profit à reprendre lentement chacune d’elles. Ainsi, pour mieux comprendre notre mission, n’oublions pas le vocabulaire. « Catéchèse » vient d’un mot grec (kat-écho). Catéchiser veut dire « faire résonner une parole à l’oreille d’un auditeur » (Théo, Droguet & Ardant Fayard). Pour former des disciples de Jésus, il est nécessaire de faire retentir la Parole dans le cœur des catéchisé-e-s. Encore faut-il que la Parole trouve un écho dans notre vie de catéchètes. Nous pourrons alors proposer aux jeunes une expérience : l’accueil intime de la Parole de Dieu qui conduit à une rencontre d’amitié avec Jésus. Il s’agit d’une Bonne Nouvelle à proclamer pour que les auditeurs puissent rencontrer le Christ avec le désir de Le suivre.

Si nous avons un rôle privilégié dans notre mission de catéchètes, il ne faut pas oublier que tout ne dépend pas de nous. La Parole que nous allons faire entendre aux jeunes dépend aussi de la qualité de leur ouverture et de leur accueil. Il est bon de nous rappeler les conditions pour que la Parole puisse prendre racine dans le coeur humain : la fécondité de la Parole ne dépend pas d’elle seule. Elle dépend aussi des qualités du terrain, des diverses réponses qui sont faites : accueil superficiel sans adhésion profonde à Jésus Christ ni amour personnel pour Celui que nous cherchons; négligence devant les lumières que nous apporte l’Évangile. Si nous lisons la Parole avec un cœur qui a soif et qui écoute, si nous sommes enracinés en Jésus et en son Amour, sa Parole prendra vie en nous et nous pourrons nous en faire l’écho.

De plus, il faut donner du temps à la Parole : il faut avoir confiance et la dire avec courage, patience et persévérance. Nous ne sommes pas les propriétaires de la Parole : l’Esprit Saint se charge de lui faire porter du fruit en son temps dans le cœur des catéchisé-e-s. N’oublions pas que Jésus et l’Évangile sont une proposition adressée à des cœurs libres. À nous de semer et à Dieu de faire croître (cf. C.-A. Martini, Être avec Jésus, Cerf, 1982, pp. 62-67).

Dans nos rencontres catéchétiques, il est bon de faire saisir que Dieu nous parle aussi dans l’ordinaire de la vie, malgré notre petitesse ou notre faiblesse :

« Dieu est en amour avec ses créatures… Il nous parle sans cesse par les intermédiaires de sa Création : les personnes, les événements et les choses… À travers la rose, j’imagine la tendresse de Dieu; à l’occasion d’un accident, je devine la souffrance de Dieu devant un de ses enfants blessés; en regardant les animaux et les oiseaux, je m’émerveille de la générosité de Dieu envers les humains… En regardant autour de moi, je comprends Dieu qui me parle à travers sa création et je me sens accompagné par lui sur la route de l’émerveillement et du bonheur. » (Jean-Jacques Gareau, Dieu parle sans cesse…. Médiaspaul, 1998, pp. 5-6. Ce petit livre peut rendre service aux catéchètes).

Terminons avec trois invitations du Cardinal Martini (S’ouvrir à la Parole du Christ, Cerf 1995, 138 pages) :

Bonne route dans ta mission catéchétique !