Voici venu le temps des catéchistes Favoriser l’appel à cet important ministère

La mission du catéchiste est fondamentale pour l’avenir de l’Église et l’apprentissage à la vie chrétienne. Il convient de favoriser l’appel à cet important ministère et de mettre en place des lieux de formation pour les catéchistes.

Nota Bene – Cet article nous vient de France. Anastasie Mvomo-Eba a été coordinatrice de catéchèse au primaire dans la banlieue parisienne.

Introduction

Un constat

Depuis plusieurs années, à la rentrée scolaire, un grand nombre de paroisses en France est confronté à cette réalité : le manque de catéchistes. Fidèle laïque, j’ai été coordinatrice de catéchisme du primaire (CE2, CM1, CM2) dans une paroisse à Paris pendant trois ans. Dans ce même domaine, d’autres expériences acquises dans différentes régions de France me donnent l’occasion de partager ce qui suit.

Il y a lieu d’espérer si…

Certes, je constate et vis la réalité du manque de catéchistes, mais étant de nature optimiste, je crois qu’il y a lieu d’espérer si on fait autre chose que ce qu’on a fait jusqu’à présent. Beaucoup d’efforts ont été déployés pour pallier ce manque, mais je pense qu’il faut revenir en amont de la difficulté. C’est le sens de mon propos, qui s’articulera autour de trois points.

Qu’est-ce qu’un catéchiste ?1

Le catéchiste participe au ministère du Christ

Le catéchiste est un baptisé. Par le baptême, il est membre du corps du Christ qui est l’Église, et participe à la triple fonction sacerdotale, prophétique et royale du Christ.

Le catéchiste est un homme ou une femme qui a été appelé(e) par le Christ, et qui a répondu à cet appel. Cette vocation fait de lui un envoyé, un « apôtre », et lui donne part au ministère du Christ : témoigner de l’amour du Père pour l’Homme. Combien de nos catéchistes sont convaincus de cette noble mission? Qu’est-ce qui est fait pour les éclairer sur cette vocation?

Le catéchiste enseigne

Le catéchiste est « celui ou celle qui enseigne le catéchisme, ou qui travaille à l’instruction et à l’éducation des catéchumènes ».2

Cette définition toute simple me conduit à un constat. Autour de nous, il y a des enseignants. Comment sont-ils recrutés? Quel enseignant peut transmettre autre chose que ce qu’il a appris? S’il est vrai que des circonstances de la vie nous conduisent parfois à exercer des métiers pour lesquels nous n’avons pas été formés, il est de doute que n’est pas enseignant qui veut. Il faut aimer ce métier.

Le catéchiste participe à la mission du Christ

Etre catéchiste est une vocation. Il est nécessaire de tenir compte de quelques aspects de cette vocation, quoi qu’il en soit de la bonne volonté et de l’urgence de la situation : être convaincu de l’appel à participer à la mission du Christ, et répondre à cet appel en transmettant la foi par l’enseignement du catéchisme.

L’objectif et le contexte de l’activité du catéchiste

Apprendre à vivre en chrétiens

Le catéchisme est un exposé ordonné de la foi chrétienne, selon un programme que le catéchiste a la charge de remplir dans une paroisse : permettre aux enfants de découvrir Jésus, de faire l’expérience de l’amour du Dieu Père, Fils et Esprit; de partager avec d’autres la Parole de Dieu, de prier, d’apprendre à vivre en chrétiens.

Le parcours catéchétique

Le parcours catéchétique est un lieu où les enfants peuvent et doivent apprendre à être eux-mêmes (il n’y a pas de honte à être chrétien), à établir un lien entre tout ce qu’ils vivent, à aborder des problèmes qu’ils n’ont pas l’occasion de poser ailleurs. C’est un des lieux de la structuration, de la construction de la personnalité de l’enfant en référence à Jésus. Là, il apprend à réfléchir aux questions qu’il se pose sur lui-même, sur les autres, sur le monde, sur Dieu, et sur les sens à donner à sa vie.

La nécessité d’un langage adapté et accessible

Le catéchiste doit transmettre la foi au sein d’une paroisse qui accueille des enfants issus de catégories sociales et d’univers culturels différents. Ce sont des enfants qui grandissent dans un environnement marqué par la sécularisation ambiante. La transmission de la foi exige un langage adapté et accessible. L’appel lancé pour le recrutement des catéchistes tient-il compte de ce contexte?

Quelques suggestions au service du ministère de catéchiste

La crise ne concerne pas seulement le ministère de catéchiste; elle touche aussi la vie consacrée et le ministère sacerdotal. Beaucoup a été fait pour remédier à cette situation depuis le Deuxième Concile de Vatican. Je reconnais que la catéchèse a bénéficié de certains aménagements, mais pas en ce qui concerne la vocation des catéchistes.

Sensibiliser à la mission de catéchiste

Faire connaître aux laïcs la mission du catéchiste, et favoriser l’acquisition des compétences inhérentes à l’accomplissement de cette mission : compétences théologiques, anthropologiques, spirituelles et pédagogiques. Il existe des moyens pour aider les personnes se sentant appelés à la vie consacrée ou au ministère sacerdotal; un cheminement analogue pourrait être proposé aux futurs catéchistes.

Créer des lieux de formation pour les catéchistes

Il y en a bien pour la vie consacrée et pour le ministère sacerdotal; il est temps de mettre en place des structures semblables pour le ministère des catéchistes.

Sensibiliser les laïcs hommes à la vocation de catéchiste

Il est regrettable de constater que parmi les quelques bénévoles qui s’engagent pour la transmission de la foi, il y ait beaucoup plus de femmes que d’hommes. La vocation de catéchistes n’est pas réservée aux seules femmes. Comme coordinatrice de catéchisme, j’ai travaillé avec un père de famille qui avait par ailleurs une grande responsabilité professionnelle. Il s’est engagé à consacrer du temps à l’enseignement du catéchisme.

Sensibiliser les candidats à la vie consacrée et au sacerdoce à l’importance de l’enseignement du catéchisme

Certains d’entre eux sont engagés pendant leur temps de formation à travailler dans des hôpitaux ou des maisons médicalisées, des instituts socio-éducatifs; d’autres pourraient s’engager dans la catéchèse.

L’importance des catéchistes selon Vatican II

Vatican II a donné des orientations dont nous pouvons nous inspirer pour remédier au manque de catéchistes : « De nos jours, du fait du petit nombre des clercs pour évangéliser de si grandes multitudes et accomplir le ministère pastoral, l’office des catéchistes a une très grande importance. Leur formation doit donc être tellement menée à bien et accommodée au progrès culturel qu’ils puissent remplir le plus parfaitement possible leur fonction en collaborateurs efficaces de l’ordre sacerdotal…

Il faut donc multiplier les écoles diocésaines et régionales dans lesquelles les futurs catéchistes cultiveront avec soin la doctrine catholique, surtout en matière biblique, liturgique, et aussi la méthode catéchétique et la pratique pastorale, se formeront aux mœurs des chrétiens, s’appliquant sans arrêt à cultiver la piété et la sainteté de leur vie. En outre, à ceux qui se dévouent entièrement à cette besogne, on devra procurer par une juste rémunération un état de vie décent et la sécurité sociale… ». Ad Gentes (17).

Oui voici venu le temps des catéchistes !

  1. Un grand nombre de catéchistes sont des laïcs, hommes et femmes. Catéchiste ici désigne donc l’homme et la femme.
  2. Dictionnaire des mots de la foi chrétienne, Cerf, Paris 1992.