On a roulé la pierre… Réflexion sur la Résurrection

À travers plusieurs pages d’Écriture, la grande liturgie de la Vigile pascale célèbre la résurrection du Christ. Elle s’ouvre sur une hymne parlant d’un monde rajeuni.

À leur manière, les réflexions de l’astrophysicien Hubert Reeves rejoignent ce langage et nous fournissent une intéressante clé de lecture.

Qui nous roulera la pierre?

Une pierre ferme l’entrée du tombeau où le corps de Jésus a été déposé. Elles ne pourront pas la déplacer. Qui s’en chargera? C’est la seule question qui habite trois femmes parties de grand matin, le sabbat terminé, pour se rendre au tombeau.

L’une s’appelle Marie-Madeleine, la deuxième est la mère de Jacques et a pour nom Marie, l’autre c’est Salomée. C’est ce que raconte Marc à la fin de son évangile.

En ce qui concerne les autres questions, elles connaissent la réponse : tout est bien fini !
Ne reste que ce dernier devoir, celui d’embaumer le corps de Jésus.

On a roulé la pierre

Mais rien ne se passe comme prévu. La pierre pourtant très grande, précise Marc, a été roulée. Quelqu’un est là qui leur dit: Ne soyez pas effrayées! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié? Il est ressuscité …: Il n’est pas ici il vous précède en Galilée. Allez le dire à Pierre et à ses disciples!

L’effet domino

Et voilà qu’il y a tout à coup comme un effet domino, comme un grand mouvement incontrôlable qui s’enclenche avec ces trois femmes parties annoncer l’incroyable. L’onde de choc se propage, d’abord en Galilée puis en Palestine.

En quelques années l’annonce et surtout l’effet de la résurrection atteignent le pourtour de la Méditerranée et pénètrent tout l’empire. Des communautés surgissent : Jérusalem, Antioche, Rome, Éphèse, Corinthe, Thessalonique…

À peine 25 ans après les événements, Paul écrit sa lettre aux Romains. Il y donne déjà une savante leçon sur la réalité du baptême. On en a fait du chemin depuis que Salomé et les deux Marie ont vu que la pierre avait été roulée.

Un monde rajeuni?

Et voilà qu’après toutes ces années, nous nous retrouvons à célébrer Pâques et la Vigile Pascale. La grande hymne qui ouvre la célébration après le rituel du feu nouveau annonce encore une fois qu’une aube nouvelle se lèvera sur un monde rajeuni.

Mais il y a tant d’années que cette hymne est chantée. Qu’est-ce que ce monde rajeuni qui semble ne jamais vouloir venir? Un beau rêve? Une illusion? Les sceptiques sont nombreux. Est-ce encore remis à plus tard?

Hubert Reeves

À la question: est-ce que le monde change, est-il en progrès, se fait-il « plus jeune » ou s’il court à sa perte, l’astrophysicien Hubert Reeves répond de façon étonnante. Le monde change et pour le mieux.

Mais attention dit-il, il faut faire une lecture longue de l’histoire. À court terme changer Obama pour Trump peut sembler catastrophique. Ce n’est pas le cas dans la perspective d’une lecture longue de l’histoire qui elle, permet d’affirmer que l’humanité change en mieux et qu’elle est à s’humaniser.

Hubert Reeves fait remarquer que la liberté, la tolérance, la fraternité, la solidarité sont des réalités qui partout cherchent à s’imposer de manière irréversible.

Étonnants propos de la part d’un astrophysicien, comme s’il était à démonter la mécanique du Royaume, la mécanique d’un monde nouveau  – un monde rajeuni – qui émerge lentement mais sûrement depuis le matin de Pâques. Et comme si, de notre côté, nous étions à mettre les mots de la foi sur le discours de l’astrophysicien.

Nous sommes faits pour vivre

Nous sommes faits pour la vie, nous sommes faites pour vivre. La pierre qui fermait le tombeau a été roulée. Quelque part, la mécanique de la mort s’est brisée.

Que brille devant Toi cette lumière:
Demain se lèvera l’aube nouvelle
D’un monde rajeuni dans la Pâque de ton Fils!
Et que règnent la Paix, la Justice et l’Amour,
Et que passent toutes personnes
De cette terre à ta grande maison.
Par Jésus Christ!