Marie, sacrement de la divine Bonté La tendresse maternelle de Dieu

Les citations suivantes (de Maurice Zundel) sont tirées des ouvrages L’Évangile intérieur et Silence, Parole de vie.

Le premier Amour

Les apôtres ont compris d’instinct qu’elle [Marie] leur avait été donnée comme le sacrement mystérieux de la divine Bonté.

Ils se sont dit avec raison que tout ce qu’il y a de tendresse dans le cœur des mères dérives du premier Amour, et que Dieu, qui leur a communiqué une telle puissance d’aimer doit, plus qu’elles, être mère, oui, plus mère infiniment que la Sainte Vierge elle-même.

(Évangile intérieur, p. 46)

La tendresse maternelle de Dieu

Ce n’est pas ravaler Dieu que de lui prêter un visage de Mère, c’est simplement accepter en toute sa plénitude cette révélation vivante qu’est la personne même de la Vierge : comme le sacrement de la tendresse maternelle de Dieu.

(Évangile intérieur, p. 47)

« Pour moi, vivre c’est le Christ » (Ph 1,21)

C’est cela, le christianisme : entrer dans la vocation de Marie et, comme elle, devenir le berceau vivant de Jésus.

(Silence, Parole de vie, p. 121)