Feux croisés France-Québec En France, les évêques font prendre un tournant majeur à la catéchèse.

En France, les évêques font prendre un tournant majeur à la catéchèse.

Présentation

J’ai déjà attiré l’attention des visiteurs de Catéchèse/Ressources sur le chantier catéchétique de France. Eh bien! une étape majeure vient d’être franchie dans le renouveau de la catéchèse en ce pays.

Commençons par un bref rappel : en 2002, les évêques de France lancent un appel au renouvellement de la pratique de la catéchèse.

Pour provoquer une réflexion, ils proposent la démarche « Aller au cœur de la foi » à laquelle tous les catholiques français étaient conviés. En novembre 2005, à l’assemblée plénière des évêques de France à Lourdes, cette démarche a trouvé son aboutissement.

Texte référence

Les évêques y ont tout d’abord voté un « Texte national d’orientation de la catéchèse en France » dont « l’objet est d’exposer les principes d’une nouvelle organisation de la catéchèse en France. » Ce texte « précise les grandes convictions et les points d’attention qui doivent guider la proposition catéchétique aujourd’hui. » (Mgr Ricard, président de la conférence des évêques de France in Tabga, no. 8, p.41)

En ce sens, le texte replace la catéchèse dans la mission de la communauté chrétienne tout entière. Il ne s’attarde pas à la question du contenu de la catéchèse mais plutôt « esquisse une pédagogie de la foi dans le contexte d’évangélisation qui est le nôtre. » (Mgr Ricard, La documentation catholique, 4 décembre 2005, no. 2347, p. 1126)

Mise en œuvre

Dans la seconde partie de ce texte, les évêques suggèrent « un ensemble de propositions pour l’organisation catéchétique » dont voici les principaux axes :

Enfin, chaque diocèse devra éventuellement se doter de son propre projet de catéchèse en lien et en cohérence avec le projet national. Ce dernier sera publié lorsqu’il aura reçu l’aval de la Congrégation romaine pour le Clergé.

Selon le vœu de Mgr Ricard dans son discours d’ouverture de l’assemblée plénière, cette catéchèse renouvelée aura pour but principal d’aider « les enfants, les jeunes et les adultes à bien découvrir le Christ et à repartir de Lui ». (Idem, p. 1126).

Convergences

Ainsi donc, tant en France qu’au Québec, les pasteurs prennent note de l’affaiblissement, voire de l’effondrement, de la catéchèse proposée jusqu’à ce jour. Heureusement, ils ne se réfugient ni dans la nostalgie ni dans les lamentations mais proposent une relance de la mission catéchétique.

Au Québec, après des siècles de catéchisme intégré au cadre scolaire, les évêques proposent une « formation à la vie chrétienne »; en France, s’élabore un projet national qui prend acte de la déchristianisation du peuple français dans un contexte culturel devenu étranger à la foi.

L’essentiel de la foi

Les évêques du Québec et de France se rejoignent sur un autre point fondamental, que souligne d’ailleurs le Directoire général pour la catéchèse : toute catéchèse doit désormais proposer le cœur de la foi, Jésus mort et ressuscité, Christ et Seigneur.

Les Évêques du Québec ont même une longueur d’avance sur leurs frères français puisqu’ils donnent à la catéchèse une orientation globale précise en lien avec la culture québécoise : la rencontre du Christ comme chemin d’humanisation intégrale.

Par cette orientation, l’Église au Québec entend contribuer à l’humanisation des personnes et de la société et souligner la pertinence du salut chrétien.

Par contre, à mes yeux, l’Église de France bénéficie de la forte prise de conscience des communautés chrétiennes de leur responsabilité en catéchèse; comme l’a affirmé une responsable diocésaine de catéchèse : « il y a eu une réelle prise de conscience de la satellisation de la catéchèse. Les gens ont compris que la catéchèse, ce n’est pas seulement le groupe de caté. » (Tabga, no, 8, p. 42)

Enfin, l’uniformité en catéchèse est bel et bien enterrée : si le Québec et la France ont un projet catéchétique national, celui-ci se contente de proposer des orientations globales; des deux côtés de l’Atlantique, chaque diocèse devra se doter de son projet catéchétique propre qui assurera la mise en œuvre des orientations proposées par le projet national selon les caractéristiques du milieu.

L’heure est donc à la création par les intervenants tant des projets locaux que des instruments qui les concrétiseront. Sans minimiser le risque d’éparpillement des énergies et d’anarchie dans les résultats, il s’agit là d’un passage et d’une chance à ne pas manquer.