Femmes de l’Évangile Une approche catéchétique de textes bibliques

Mme Pellistrandi présente six femmes de l’évangile : la Samaritaine, la femme adultère, la femme malade (l’hémorroïsse), Marthe et Marie de Béthanie et Marie de Magdala.

Femmes de l’Évangile, Christine Pellistrandi, Parole et Silence, 2007, 130 p.

Mme Pellistrandi est professeur à l’École cathédrale à Paris. Elle y enseigne l’Écriture sainte. Son approche des textes bibliques est catéchétique. Le ton est pastoral.

Elle présente six femmes de l’évangile : la Samaritaine, la femme adultère, la femme malade (l’hémorroïsse), Marthe et Marie de Béthanie et Marie de Magdala. Le compte est petit : cinq récits évangéliques, mais attention : l’auteure, de façon fort habile, fait beaucoup de liens avec d’autres textes bibliques. Elle agrandit notre regard et notre compréhension en nous suggérant un va-et-vient constant avec d’autres personnages des deux Testaments.

Ainsi, chaque femme présentée permet de relire une partie de l’histoire du peuple choisi et en même temps, le lecteur, la lectrice est invité(e) à prendre en compte sa propre histoire personnelle avec l’éclairage apporté par les textes bibliques et le commentaire de l’auteure.

À chaque chapitre, plusieurs pistes d’actualisation sont suggérées. De plus, des liens sont faits avec les sacrements de l’initiation chrétienne : baptême, confirmation et eucharistie. L’approche de l’auteure est nettement catéchétique. On a l’impression que son texte s’adresse à des catéchumènes. Il vaut aussi pour des chrétiens qui veulent approfondir leur foi.

Mme Pellistrandi est très ingénieuse (ou pédagogue). Elle attire constamment notre attention sur des détails, sur des subtilités des textes. Elle nous entraîne à faire des rapprochements avec d’autres textes bibliques.

Elle nous fait réaliser que chaque femme présentée incarne cette femme que Dieu a tant aimée et qu’il a choisie pour épouse. Cette personne, c’est son peuple, chacun(e) de nous y inclus(e).