L’éveil religieux des enfants de 4 et 5 ans Annoncer Jésus dans une relation qui unit la famille et la communauté

Un ouvrage qui présente dix histoires de Jésus, adaptées aux petits, autour de deux grandes fêtes, Noël et Pâques. En faisant vivre des expériences qui répondent aux besoins affectifs et spirituels, les enfants grandissent et s’épanouissent dans un bien-être relationnel.

L’éveil religieux des enfants de 4 et 5 ans – Projets bibliques de Noël et Pâques, Ghislaine Rigolt Beaudoin, Médiaspaul, Paris/Montréal, 2009, 174 p.

Présentation

L’auteure

Mère de famille, Ghislaine Rigolt Beaudouin est agente de pastorale à la paroisse de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours de Sherbrooke (Québec). Théologienne et co-auteure de la série « Une catéchèse biblique par le jeu et les symboles », elle donne des formations en accompagnement catéchétique à l’Université de Sherbrooke.

Originalité de l’approche

Comment vivre l’éveil religieux avec les enfants de 4 et 5 ans accompagnés de leurs parents?

À la lumière de sa formation d’éducatrice montessorienne de jeunes enfants et de sa formation en anthropologie spirituelle, Ghislaine Rigolt Beaudouin a conçu une nouvelle façon d’éveiller les petits à la foi. Une approche qui aide les jeunes enfants à grandir spirituellement et à s’épanouir sur le plan relationnel.

L’ouvrage présente dix histoires de Jésus, adaptées aux petits, autour de deux grandes fêtes, Noël et Pâques.

Une pédagogie particulière

La pédagogie ludique utilise différentes approches : l’accueil, la poupée de chiffon, la musique, la ronde enfantine, l’histoire biblique, la maquette à conter, les personnages jouets, le sac à histoires bibliques, le jeu libre avec la pâte à modeler, la prière libre dans le coin-prière…

Une pédagogie qui est le fruit de trois d’années d’expérimentation de l’art de l’accompagnement pastoral auprès de ce groupe d’âge.

En jouant et partageant avec des personnes de confiance, les petits enfants découvrent progressivement l’amour de Jésus et de Dieu et sont ainsi introduits à la vie communautaire.

Le besoin de vivre l’amour en famille

Les jeunes enfants ont besoin de ressentir l’amour en famille…

Foi-Confiance (0-2 ans)

Par des gestes doux, des regards tendres, des sourires, des paroles affectueuses, etc., nous aidons le nourrisson à acquérir une base relationnelle nécessaire pour vivre la foi-confiance…

Le bébé se tourne spontanément vers ses parents pour chercher la sécurité et l’affection. S’il est bien accueilli, plus tard il sera disposé pour faire le même mouvement et ainsi se tourner vers Dieu amour et se ressourcer.

Foi-Espérance (2-4 ans)

Par des attitudes compréhensives, des paroles attentionnées et respectueuses des deux besoins fondamentaux : être aimé et s’affirmer, nous préparons le petit enfant à découvrir sa valeur et sa beauté. Nous contribuons au développement d’une base solide nécessaire pour vivre la foi-espérance…

Si le tout-petit sent que sa parole est entendue, alors plus tard il sera disposé à entrer en relation avec un Dieu bon et généreux qui l’invite au dépassement.

Foi-Charité (4-7 ans)

Par des gestes affectueux, des paroles tendres et compréhensives qui donnent à l’enfant en quête d’amour certaines balises sexuelles, nous pouvons lui faire sentir qu’il est une personne aimable et qu’un jour, à l’âge adulte, il vivra un grand amour avec une autre personne. Ainsi, nous donnerons à l’enfant une base nécessaire pour vivre la foi-charité…

Car si le petit enfant est bien reçu et guidé progressivement vers ses pairs, alors plus tard il sera disposé à aimer un Dieu présent qui l’invite au partage et à l’engagement.

Le besoin de vivre l’amour en Église

En faisant vivre des expériences qui répondent à des besoins affectifs et spirituels, les enfants grandissent et s’épanouissent dans un bien-être relationnel.

Jouer avec les enfants, les observer, les aider à faire des modelages après leur avoir raconté une petite histoire biblique, et finalement, partager leurs secrets. Bref, favoriser la découverte de l’amour du Dieu de Jésus-Christ.

Dans l’ouvrage « L’éveil religieux des enfants de 4 et 5 ans », on y trouve dix histoires de Jésus, adaptées aux plus jeunes, ainsi que la description de différents jeux : la poupée chiffon, la ronde enfantine, la maquette à conter, les personnages jouets, le sac à histoires bibliques, le modelage, la prière libre…

Si les adultes se mettent attentivement à l’écoute des jeunes enfants, ils peuvent y discerner la présence de l’Esprit…

Paroles d’enfants

Jésus a faim de carottes. Il partage : une carotte pour le garçon, une carotte pour le papa, une carotte à grand-maman, une carotte à grand-papa, toute la famille va avoir de la nourriture.
(Philippe, 5 ans, La multiplication des pains)

Merci Jésus pour l’amour!
(André, 4 ans, Jésus accueille les petits enfants)

Merci, Jésus, de me protéger!
(William, 4 ans, Les rois mages)

Avec Jésus, on peut faire des personnages qui se relèvent.
(Philippe, 5 ans, La multiplication des pains)

Je veux jouer avec les méchants. Jésus leur donne de l’eau qui fait vivre. Il leur donne un pain à manger pour se faire des amis. C’est « un pain pont »!
(Matthieu, 4 ans, La pêche miraculeuse)

Jésus, peux-tu me donner une corde à sauter ?
(Marie-Ève, 4 ans)

Excuse-moi Jésus et Dieu, de faire des méchants!
(Maxime, 4 ans)

Joseph a consolé Jésus qui pleure. Il s’est couché à côté de lui.
(Étienne, 4 ans)

Les disciples apprennent à pêcher. Au début, ils sont dans la boue, ils sont allés sur la montagne dans le feu que Jésus a préparé, puis ils ont été lavés et maintenant c’est Pâques! Tout le monde est debout!
(Matthieu, 5 ans)

Témoignage d’une mère

De fil en aiguille

Alors que nous faisions les démarches pour faire baptiser notre deuxième enfant, Marianne, je me suis intéressée aux catéchèses proposées à la paroisse.

Notre fils, qui avait alors presque 4 ans, était encore trop jeune pour prendre part à ce qui semblait approprié pour toucher le cœur des jeunes et leur faire connaître Jésus dans un monde où l’instantanéité et le superficiel sont trop présents à mon goût.

Et voilà que j’apprends qu’un projet de catéchèse pour les 4-5 ans va bientôt démarrer. Quelle belle occasion pour notre grand de rencontrer celui qui fait partie de ma vie depuis ma tendre enfance et de celle de mon conjoint!

La catéchèse pour favoriser la Rencontre

Et… je voulais vraiment que notre fils connaisse aussi Jésus. La catéchèse est alors un outil très intéressant pour permettre à Jean-Simon de puiser à l’intérieur de lui avec Jésus. Avec la présence de Dieu, le sens de la vie se révèle grâce à ce qui nous est offert et montré pour apprendre sur nous-mêmes et les autres.

En inscrivant Jean-Simon à l’éveil de la foi des 4-5 ans, nous options pour lui faire découvrir quelqu’un qui pourra l’accompagner tout au long de sa vie. Ainsi, au fil des catéchèses, Jean-Simon nous mentionnait que Jésus remplissait son cœur de plus en plus. Quel plaisir de voir son fils retrouver plus vite son calme lors d’épisodes de colère. « Je laisse entrer Jésus dans mon cœur et ça m’aide », nous mentionne Jean-Simon alors qu’on lui demande quel est son moyen de contrôle.

Les catéchèses sont également des moments privilégiés avec notre enfant où on le voit transformer ses perceptions de l’histoire biblique, d’une situation de la vie au gré du modelage. De plus, il s’agit d’un moment privilégié pour que nous poursuivions nous aussi une recherche de sens en accompagnant notre enfant.

Les catéchèses de préparation à Noël

Lors des catéchèses de préparation à Noël, chacune des histoires l’a interpellé d’une façon différente, mais un élément unissait ces récits : la présence de l’enfant Jésus qui déjà change les gens qui le rencontrent. Et, cette année, notre crèche sous le sapin n’a jamais été aussi animée.

Jean-Simon et sa jeune sœur Marianne se retrouvaient souvent au pied de l’arbre pour aller faire bouger des personnages et les mettre en situation comme lors des histoires bibliques pendant les catéchèses.

Parfois, la crèche représentait le calme et la paix de l’enfant qui dort et d’autres fois, elle devenait un lieu de rencontre et de partage où les Rois Mages et les anges discutaient du positif de la naissance de Jésus. Un nouveau sens à Noël est donné. Nous désirions présenter Noël à nos enfants autrement que comme la fête commerciale qui nous inonde de biens de consommation. Mais maintenant, pour Jean-Simon et pour notre famille, le temps de Noël goûte la vie nouvelle et le partage.

Les catéchèses de préparation à Pâques

Ensuite, avec joie, Jean-Simon a entrepris de découvrir Jésus ressuscité avec les catéchèses de préparation à Pâques. L’implication de Jean-Simon fut différente, car dès le début, il fut ébranlé par le fait que Jésus puisse être mort. Ouf!… C’est difficile d’avouer que celui qui fait une bonne et belle différence dans notre cœur puisse être mort sur une croix.

Une cheminement fut enclenché et il y eut une résistance avant que notre grand puisse vraiment dire que Jésus était ressuscité, qu’il n’était plus mort, que la croix ne représentait pas seulement la mort de Jésus. Toutefois, le changement s’est opéré. La vie a vaincu la mort et Jean-Simon a accueilli une vie nouvelle! Bien des insécurités sont tombées.

Maintenant, il est davantage capable de vivre des moments où les problèmes sont résolus et parce qu’il a pu faire la différence par son attitude et ses comportement plus appropriés. Une réussite qui a nécessité un passage de quelques semaines où il se sentait tiraillé entre ce que sa tête et son cœur percevaient…

Maintenant, Jean-Simon parle de résurrection en affichant le sourire de quelqu’un qui sait que tous les problèmes ont une solution, que la vie avec Jésus est plus forte que la mort et que les obstacles!

Pendant des mois (et ça lui arrive encore aujourd’hui), il a vu et cherché le symbole de la croix dans ses jeux et son quotidien. Selon moi, il est en train d’intégrer le sens de la résurrection dans sa vie. Ainsi, un mât de bateau, un jeu de tic-tac-toc ou même un poteau téléphonique lui rappellent que Jésus est toujours vivant.

En conclusion

À travers ces deux temps fort de vie chrétienne présentés aux enfants de 4 ans et 5 ans, il est possible de faire germer en eux des représentations où Jésus est présent et bien vivant.

Les catéchèses les touchent, les réconfortent, les remuent mais, par-dessous tout, les font grandir!

Et maintenant, dans notre famille, si nous sommes dehors le soir par temps clair, nous sommes certains d’entendre Jean-Simon nous dire : « Eh! Je vois l’étoile du Berger; je la reconnais. C’est l’étoile la plus brillante et je crois qu’on marche sur une bonne route! »

Valérie Beaulieu
maman de Jean-Simon et Marianne

Table des matières (de l’ouvrage)

La transmission de la foi, de l’espérance et de l’amour

La pédagogie adaptée aux petits

L’accompagnement pastoral lors des rencontres catéchétiques

Le « Mystère de Noël »

Le « Mystère de Pâques »