Dieu, c’est quand on s’émerveille Que Dieu vous soit neuf, chaque matin!

Chacun de nous a des goûts particuliers. Chacun de nous est attiré par un certain aspect de l’univers. Notre amour de Dieu, pour se renouveler et se maintenir, doit se nourrir de ce qui nous touche profondément. La capacité à nous émerveiller est au cœur de notre expérience spirituelle comme de notre prière personnelle.

Tiré de l’homélie du 5 février 1961 à Notre Dame du Valentin, Lausanne, Suisse Publié dans « Ton visage, ma lumière : 90 sermons inédits ».
À propos de l’ouvrage : un recueil d’homélies de Maurice Zundel, où l’on retrouve la pensée de l’auteur sur l’amour de Dieu et la quête assoiffée de l’homme, le rôle de l’Église et l’importance du mystère.

Chacun de vous a des goûts particuliers.

Chacun de vous est attiré par un certain aspect de l’univers.

Il y en a qui aiment les bois, il y en a qui aiment la mer, il y en a qui aiment la montagne, il y en a qui aiment la musique, d’autres la poésie.

Il y en a qui aiment les mathématiques, d’autres l’astronomie, qui d’ailleurs les comprend d’une manière nécessaire.

Mais chacun dans cette recherche, chacun dans cet amour, chacun dans cette passion, trouve sa source.

Cette source que Jésus révélait à la Samaritaine au puits de Jacob, et qui nous fait entrer, tout un chacun, dans cette vie éternelle qui est le Dieu vivant au plus intime de nos cœurs.