La catéchèse entre saveurs et savoirs Donner du goût à la vie

Loin des recettes toutes faites et des propos abstraits, l’auteur de cet ouvrage invite chaque catéchète à conjuguer les saveurs de l’existence et les savoirs.

DUEZ-LUCHEZ, Emmanuelle, La catéchèse entre saveurs et savoirs, © Les Éditions de l’Atelier/Les Éditions Ouvrières, Paris 2003, 140 p.

Emmanuelle Duez-Luchez est supérieure générale de la congrégation des religieuses de l’Enfant Jésus de Lille (France). Elle a été pendant vingt ans membre de l’équipe du service diocésain de catéchèse de Lille.

Présentation

Comment faire la catéchèse aujourd’hui aux jeunes et moins jeunes?

Alors que la catéchèse « cherche sa voie » en quelque manière, l’auteur entend favoriser la rencontre entre le récit biblique et le désir profond des catéchisés. Il s’agit de conjuguer saveurs et savoirs.

Dans l’évangélisation, c’est le désir profond qui est en jeu, car il s’agit d’offrir à quelqu’un les moyens d’accueillir, en pleine liberté de coeur, le secret de l’amour de Dieu pour nous. (p. 9)

Donner du goût et des racines à l’existence, à la vie; découvrir, en toute liberté, l’amour inconditionnel de Dieu : voilà ce que devrait viser la catéchèse.

Plutôt que de chercher à enseigner une somme de notions, aussi belles les unes que les autres, la mission de l’Église est, selon l’auteur, de nourrir la vie spirituelle. Il s’agit de, peu à peu, « entendre » les mots d’amour que murmure Dieu.

Dans ce merveilleux ouvrage, l’auteur n’hésite pas à nous partager quelques événements marquants de sa vie personnelle, son cheminement spirituel, son travail d’animatrice de pastorale et d’enseignante, ainsi que ses questionnements sur l’expérience de la foi.

Bref, c’est toute une expérience qui se livre à nous quand elle affirme que « l’itinéraire des catéchistes est un chemin sur lequel on tâtonne tout le temps… » (p. 15)

Au service de sa mission, le catéchète aura certes besoin de pédagogie et de savoir-faire mais surtout de silence intérieur et de méditation afin de trouver Sa Source. « Celui qui n’écoute pas Dieu dans le silence n’a rien à dire au monde d’aujourd’hui ».

Table des matières de l’ouvrage

Chapitre 1
Appeler à la liberté : l’environnement de la catéchèse

Chapitre 2
Devenir disciple : le but de la catéchèse

Chapitre 3
L’Église, tous ensemble disciples : le contenu de la catéchèse

Chapitre 4
Spécificité pédagogique de la catéchèse

Chapitre 5
Place de la catéchèse dans la vie spirituelle

Chapitre 6
La catéchèse : un courant dynamique

Chapitre 7
Favoriser les « hauts-lieux » : un devenir pour la catéchèse

Quelques citations

Ci-dessous, quelques citations qui, espérons-le, vous donneront le goût d’approfondir l’ouvrage « La catéchèse entre saveurs et savoirs » d’Emmanuelle Duez-Luchez.

Catéchèse entre saveurs et saveurs - Chapitre 1

Mots-clésCommentairesCitations
Liberté de choixUne catéchèse qui passe par l'éducation à la liberté.« Le premier espace que l'on découvre dans la catéchèse s'appelle liberté. Il est impossible en effet de proposer la foi sous la contrainte. » (p. 18)
« Il faut donc que les enfants (...) aient la liberté de s'opposer aux contenus de la proposition. » (p. 21)
« Voilà cette liberté qui laisse le temps pour que des interrogations s'éveillent, qu'un doute s'énonce, qu'une réponse mûrisse. » (p. 22)
ÉcouteRepérer les dispositions actives chez l'enfant.« Par son écoute et son regard, l'éducateur repère ce qui attire l'enfant, ce qui le meut et l'épanouit. Il s'en sert ensuite comme chemin de développement. Alors, comment accepter, dans ces conditions, que l'éveil à la foi et la catéchèse présentent d'abord le sens des choses (...) avant d'écouter et d'accueillir ce qui est déjà savoureux dans la vie des enfants (...) ? » (p. 24)
RegardApprendre à voir avec les yeux du Christ.« L'éveil à la foi se fait moins par des mots, par des prières, qu'en laissant son regard s'inspirer de celui du Christ. » (p. 26)
« La qualité du regard est donc première dans toute rencontre, en catéchèse comme ailleurs. Elle conditionne pour une bonne part la profondeur de l'expérience proposée aux enfants. » (p. 27)
Vie reçueApprendre à goûter la vie reçue.« J'ai souvent expérimenté que mon interprétation spontanée devrait être freinée pour entendre ce que l'Esprit dit par la bouche des enfants, des tout petits. En catéchèse je goûte d'abord la saveur de la vie reçue avant de me précipiter à communiquer les savoirs de mon expérience. » (p. 31)
Chemin du cœurLa catéchèse n'est pas la théologie.« (...) en catéchèse on ne pose pas des questions qui amènent une discussion, mais on pose des questions qui amènent une implication (...) à voir et entendre de l'intérieur, à voir et entendre dans le secret. » (p. 34)

Catéchèse entre saveurs et saveurs - Chapitre 2

Mots-clésCommentairesCitations
DiscipleApprendre à faire confiance à Quelqu'un.« Le but avoué de la catéchèse est de faire des disciples non pas d'embrigader quiconque dans la répétition de vérités qu'il n'a pas éprouvées mais d'inviter à mettre sa confiance en Jésus. » (p. 35)
IdentitéDevenir soi-même grâce au Christ.« C'est Lui qui me connaît. (...) Je ne connais pas cet homme ou cette femme que je suis, Un seul connaît qui je suis et peut me révéler si je me laisse guider par son Esprit. » (p. 35)
« Le disciple suit Jésus parce que Jésus connaît le chemin. Jésus me conduit là où je serai moi-même. » (p. 36)
« Inviter à la catéchèse, inviter à devenir disciple, c'est inviter à entrer dans sa maison intérieure. » (p. 36)
ParentsLes enfants de l'appel à la vie.« (...) aider les parents à renoncer à l'image qu'ils se sont faites de leurs enfants. » (p. 38)
« Les parents croyants ont cette possibilité, dès la naissance, de confier leurs enfants au regard du Christ. » (p. 39)
DésirTrouver Sa Source.« Ils s'apprennent les uns aux autres à être attentifs non seulement à leurs besoins, c'est-à-dire aux choses qui passent, mais aussi à leurs désirs, à leur source, à ce qui ne passe pas et qui les nourrira toute leur vie. » (p. 40)
AttitudeValoriser le désir profond.« Le parent (...) annonce Dieu, non pas en prononçant son nom, mais en adoptant la même attitude reconnue à Dieu, celle d'être attentif au désir profond. » (p. 41)
La ParoleRendre la Parole libre.« Rendre libre la Parole, c'est (...) refuser en quelque sorte de savoir ce qu'elle veut dire, pour ne pas l'enfermer dans une seule signification. » (p. 44)
« Souffler la Parole. Ne pas vouloir la forcer à dire quelque chose. » (p. 46)
SilenceLa Parole qui agit dans le silence.« C'est parfois difficile de laisser le silence s'installer, c'est impressionnant, c'est cependant indispensable si on veut laisser libre la Parole de faire son travail. » (p. 44)
Murmure« Comme un secret d'amour. »« Le statut de la Parole en catéchèse n'est pas le même qu'en assemblée liturgique. En assemblée, je proclame. En catéchèse, je murmure, "comme un secret d'amour". » (p. 45)

Catéchèse entre saveurs et saveurs - Chapitre 3

Mots-clésCommentairesCitations
Église-PeupleCatéchète et catéchisé, tout à la fois.« Église-Peuple, tout entière sujet de la catéchèse : c'est-à-dire que tout entière elle fait la catéchèse, tout entière elle est bénéficiaire de la catéchèse » (p. 60-61)
CommunionDonner plus de densité aux relations humaines.« Mais le plus important pour moi, c'est de faire précéder la communion sacramentelle par la communion fraternelle et parfois la communion spirituelle » (p. 63)
ÉcouteÉcouter d'abord, parler ensuite.« Quand on sollicite une personne pour devenir catéchète, elle répond souvent : "Je ne vais pas savoir quoi dire..." Tant mieux! Il ne faut pas dire, il faut écouter! » (p. 67)
L'ÉgliseL'Église, sujet de la catéchèse.« Je crois à l'Église, ce que j'ai expérimenté d'elle, c'est solide, cela vaut le coup, je vais peut-être la quitter mais je sais que je pourrai toujours y revenir, ma place y sera gardée... » (p. 66)
« L'Église est aussi au centre du contenu proposé par la catéchèse. (...) On parle des affaires de famille! » (p. 67)
Vie communautaireLa catéchèse passe par la vie communautaire.« Quand l'Église fait de la catéchèse, elle parle d'elle-même. Quand l'Église reçoit la catéchèse, elle reçoit ce que sa pratique de la foi produit comme fruits. C'est la raison pour laquelle, lorsque les enfants ou les familles n'ont aucune occasion de connaître des chrétiens autour d'eux, il est quasi impossible de catéchiser. » (p. 67)
ÉvangélisationIl n'y a plus d'étapes parfaitement orchestrées.« Aujourd'hui, vivre et connaître procèdent d'un même mouvement. évangélisation et catéchiser se font simultanément. (...) Il n'y a plus de délai fixe entre catéchisation et évangélisation, il n'y a plus d'étapes parfaitement planifiées et orchestrées à l'avance. » (p. 69)
ReconnaissanceDonner priorité à l'aspect relationnel.« Le "sujet" en tant que contenu, ils (les enfants) l'oublient, ils en garderont sans doute quelques interprétations erronées, mais le "sujet" en tant que personne qui les ont reconnus, personnes qui leur ont manifesté de la compréhension, de la considération, du respect pour eux et leurs parents, cela ils ne l'oublieront pas. » (p. 70)
DialogueLe dialogue : première nécessité. « L'Église est sacrement du Christ. Si c'est par la Parole qu'elle le signifie le plus aujourd'hui, la catéchèse et tous les autres lieux de parole ont toute leur place dans un monde où s'écouter, dialoguer, se parler est devenu la première des nécessités. » (p. 73)
« Si l'Église était pionnière en don de la parole, peut-être son Dieu qui est Parole Vivante serait-il séduisant pour notre monde. » (p. 74)
« Une Église-Sacrement aujourd'hui est une Église qui se fait proche de toute humanité en se mettant à son écoute et qui lui parle de ce qui la fait vivre. » (p. 74)

Catéchèse entre saveurs et saveurs - Chapitre 4

Mots-clésCommentairesCitations
PédagogieLa pédagogie : travail de la foi au service de la rencontre.« L'ajustement des moyens pédagogiques à la proposition d'une démarche catéchétique n'est pas accessoire. Il ne s'agit pas de gadget mais de ce qui donne sens et saveur à la rencontre. » (p. 78)
« J'ai toujours eu le souci de proposer des activités qui ont du sens. Chercher ces activités, cela prend du temps, de la réflexion, de la méditation. Même si on trouve l'idée dans un parcours catéchétique, il faut avoir pris le temps de la faire sienne. » (p. 89)
« J'ai toujours trouvé étrange que certains agents pastoraux, prêtres ou laïcs (...) disent : "La pédagogie, vous allez trouver!" (...) La pédagogie n'est pas naturelle. Elle est un travail de la foi. » (p. 89)
« Mimer, faire du théâtre, construire une maquette, dessiner ne s'improvise pas. Chaque activité a ses exigences, ses contraintes qu'il convient de respecter. » (p. 89)
CœurToucher le cœur.« Je ne me soucie pas que les enfants oublient tout ce que je leur dis, ce que je leur dis est sans intérêt si cela ne touche pas leur cœur. » (p. 82)
ParoleParole de Dieu et des hommes.« L'Église pour vivre, ne s'appuie que sur la parole de Dieu et celle des hommes : sa matière et son outil pour la travailler sont tous deux "parole". La parole de Dieu et la parole des hommes, sont récits d'expérience - expériences au sens de réalités vécues si profondément que la vie en est transformée. » (p. 85)
DésirLa voie du désir le plus profond.« Chacun s'écoute alors soi-même, et c'est capital, car Dieu, quand il nous parle, atteint toujours le cœur, la profondeur de l'être. Il s'agit d'écouter notre désir le plus profond pour entendre l'écho de la voix de Dieu. » (p. 86-87)
InventifLa catéchèse d'aujourd'hui suppose d'être inventif sur le plan pédagogique.« Honnêtement, je considère qu'en catéchèse, il n'y a pas assez d'espaces pour les ateliers de bricolage. Il faut du temps, du matériel, il faut faire, défaire et refaire, tester et recommencer! » (p. 91)
ContemplationProlonger le regard, la parole et le geste.« Analyse et synthèse sont indispensables à tout apprentissage. Elles ne sont donc pas inutiles en catéchèse. Or, quand dirons-nous que quelqu'un "sait" lire l'Évangile? Quand il sait analyser et synthétiser? Sûrement pas! C'est quand il sait contempler. L'outil que la catéchèse doit absolument faire acquérir, c'est la contemplation. » (p. 94)
« Contempler c'est prolonger le plus longtemps possible un regard, un geste, une parole de Jésus. (...) Lire un Évangile, c'est capter une attitude et la prolonger longuement en nous. » (p. 94)
« Les activités artistiques n'ont pas pour but de développer des talents, elles ont pour but de rendre contemplatif, c'est la raison pour laquelle les consignes claires sont indispensables pour la mise en œuvre des activités. » (p. 94)
ArtsLes arts : des moyens d'expression de l'intériorité.« Si l'outil à développer en catéchèse est la contemplation, comment le faire sans l'expression artistique? » (p. 99)
« Faire un dessin, construire une maquette, mimer, composer un chant ou un poème, modeler, faire silence et se laisser imprégner par une œuvre d'art, sont autant de langages qui creusent l'espace intérieur, des paroles plus lentes que des mots. Ainsi, loin d'être des activités occupationnnelles, elles sont constitutives de la catéchèse. » (p. 99)
« Tous les petits enfants expriment par le dessin quelque chose d'eux-mêmes et souvent le meilleur, c'est pour eux un moment d'application et de calme, ils s'ouvrent par-là à l'intériorité. » (p. 99)

Catéchèse entre saveurs et saveurs - Chapitre 5

Mots-clésCommentairesCitations
DieuSoif de Dieu.« Paradoxalement, aujourd'hui, de plus en plus de jeunes, d'adultes ou d'enfants, veulent entendre parler de Dieu. Ils disent : "On ne nous a jamais parlé de Dieu. Parlez donc de Dieu à nos enfants!" » (p. 110)
« Je ne sais pas parler de Dieu (...) Ce que je sais, c'est comment Dieu me connaît, ou me reconnaît. » (p. 111)
« Je pressens que la question serait plutôt celle-ci : "Dis, Dieu, que peux-tu me dire de moi? Oui ou non, Dieu est-ce que j'existe pour toi? Si je peux sentir que j'existe pour toi, alors c'est donc que tu existes." (...) Je crois que ceux qui fréquentent la catéchèse ont envie que Dieu leur parle d'eux-mêmes. Mais comme ils ne savent pas que c'est cela qu'ils cherchent, ils disent avec force : "Parlez-nous donc de Dieu" » (p. 111)
Quête spirituelleLe Dieu de la Bible est un Dieu assorti à l'humanité.« Je pense que la catéchèse a aujourd'hui ce rôle à remplir, évangéliser le désir profond des personnes qui la fréquentent. » (p. 114)
« Je constate que la quête spirituelle qui se manifeste si fort aujourd'hui, est le fait de personnes qui souhaitent être rejointes dans leurs désirs les plus profonds, à un niveau d'intimité que personne ne peut atteindre. » (p. 112)
« Notre Dieu, en s'incarnant n'est-il pas venu nous dire ce qu'il sait de l'homme, et cela ne nous libère-t-il pas? » (p. 112)
« Si les personnes en quête de ce même Dieu se tournent vers le Dieu de la Bible, elles découvrent un Dieu qui les épouse, un Dieu qui s'ajuste à ce qu'elles ont de plus intime (...). Du coup, il leur devient un Dieu de la confiance, un Dieu qui ne fait rien à leur place, mais qui compatit à ce qu'elles vivent. » (p. 113)
« Je rencontre des personnes qui sont en quête d'elles-mêmes, de leur identité. Pour cela elles cherchent des partenaires... Beaucoup de partenaires... » (p. 113)
« Les mots de Dieu pour nous sont des mots d'époux. Cela ne demande pas de parler longtemps de Dieu, cela demande d'écouter comment Dieu est en train de dire son amour. » (p. 114)

Catéchèse entre saveurs et saveurs - Chapitre 6

Mots-clésCommentairesCitations
RaconterRaconter plutôt que lire une histoire.« Pour que ce soit vivant, le chanoire Boyer préconisait de raconter (...). Entrer dans une narration (...) faire vivre quelque chose de l'intérieur : celui qui raconte et celui qui écoute entrent dans l'histoire, s'inscrivent dans la peau de ses acteurs... » (p. 117)
JoieUne catéchèse vivante.« Ces femmes vont s'attacher à faire du moment de catéchisme un moment de joie. Jésus est une Bonne Nouvelle pour le monde, le rencontrer est une grande joie, vivre la religion donne du bonheur. » (p. 118)
CheminementS'adapter à la psychologie de l'enfant.« Selon une formule de Marie Fargues restée célèbre : "Ce qu'un enfant ne sait pas ne nous pressons pas de lui dire, laissons-lui le temps de le découvrir lui-même. " (p. 118-119)
Se connaîtreRencontrer le Christ pour se connaître.« La catéchèse remplit donc sa vocation première dans la mesure où elle offre (...) de quoi répondre à l'attente profonde de chacun : rencontrer le Christ donne de quoi se connaître soi-même. » (p. 121)
DésirÉvangéliser le désir.« Pendant lontemps pour parler de catéchèse, on utilisait le terme transmission de la foi. Puis prenant conscience que le mot foi est abstrait, on a remplacé par l'expression transmettre l'Évangile. Aujourd'hui, nous passons par une étape antérieure à celle de la transmission : "évangéliser le désir". » (p. 122-123)

Catéchèse entre saveurs et saveurs - Chapitre 7

Mots-clésCommentairesCitations
ÂgeUne catéchèse pour tout âge.« La catéchèse de demain sera plus étalée dans le temps, elle ne sera plus instituée uniquement dans l'enfance. » (p. 125)
DécloisonnementUne catéchèse décloisonnée (Henri Deroitte).« Quel que soit le mode de son lancement, ce sont progressivement tous les baptisés d'un lieu qui seront mis en mouvement catéchétique. » (p. 125-126)
Temps fortsColler aux rythmes de vie des familles d'aujourd'hui.« La proposition qui attire le plus en ce moment est celle des "temps forts". On appelle donc temps forts des journées ou des week-ends ou des temps de vacances pendant lesquels diverses activités sont organisées pour vivre quelque chose d'intense, sans que cela se fasse nécessairement sur un rythme intensif. » (p. 126)
LieuxSoigner les lieux de la catéchèse.« Les temps forts me semblent devoir être liés aux lieux où ils sont vécus (...) il me semble qu'ils doivent enrichir un lieu pour que celui qui y repasse un jour se souvienne qu'à cet endroit il a vécu ceci, et à tel autre endroit cela. » (p. 134)