Les arbres des forêts dansent de joie ! Le psaume 95 (96)

Le psaume 95 (96) est un appel pressant à toutes les nations de la terre à entrer dans la joie de la venue du Messie, le Sauveur.

La nuit de Noël à la lumière de la résurrection

La nuit de Noël nous célébrons la naissance de l’enfant Jésus. Mais est-ce bien la naissance d’un poupon qui nous rassemble? Il ne faudrait pas oublier que les Évangiles attirent toujours notre regard sur le Christ Ressuscité.

Quand ils écrivent, les évangélistes ont les yeux tournés vers la Résurrection. La lumière pascale enveloppe, teinte leurs récits. Ils écrivent avec de l’encre pascale!

L’évangéliste Luc nous parle de la naissance de Jésus, sachant fort bien la conclusion et voulant nous y conduire : la Mort et la Résurrection du Christ. Pour lui, mais aussi pour nous, ce récit oriente notre regard de foi vers le Ressuscité, le Sauveur, la Lumière du monde, celui qui apporte Paix et Joie à l’univers entier.

Celui-ci est bien le Messie attendu

La première Parole de Dieu que nous entendons la nuit de Noël nous vient de la prédication du prophète Isaïe (Is 9,1-6).

Pour soutenir la foi du roi Achaz et de tout le peuple, il entrevoit la naissance d’un enfant royal qui apportera le salut : un messie.

Cet enfant fera passer le peuple des ténèbres à la lumière. Il apportera la joie. Il mettre fin à la guerre. Un de ses noms est Prince-de-la-Paix.

Aucun roi en Israël n’a réussi à ressembler parfaitement à cette description d’Isaïe. Après la chute de Jérusalem (587 av J.-C.), la royauté a même disparu en Israël. Mais on a toujours conservé cette parole. Elle est devenue Parole de Dieu pour nos ancêtres dans la foi.

Après la Résurrection du Christ, on a relu cette vieille Parole. On y a vu la description du Ressuscité. Encore aujourd’hui, nous l’accueillons à Noël pour élargir notre regard sur l’enfant Jésus. Celui-ci est bien le Messie attendu.

Une joyeuse acclamation – Psaume 95 (96)

Le psaume proclamé ou chanté à la suite de cette première Parole de Dieu prolonge celle-ci. Le psaume est habituellement la réponse, sous le mode de la prière, à la Parole proclamée.

Et la nuit de Noël, le psaume 95 (96) est une joyeuse acclamation au Messie décrit dans la première lecture. Nous sommes invités à la joie, à fredonner un beau cantique, à chanter un chant nouveau.

Celui-ci est nouveau par rapport aux autres cantiques d’Israël. Il se situe dans le prolongement du tout premier cantique : celui que Myriam et les femmes entonnent au lendemain de la sortie d’Égypte, ce regard de foi sur cette libération de l’esclavage (Ex 15). Il nous est connu par son refrain :

Chantons le Seigneur,
car il a fait éclater sa gloire,
il a jeté à l’eau cheval et cavalier.

Psaume 95 (96)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom!

De jour en jour, proclamez son salut,
Racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles!

Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
redoutable au-dessus de tous les dieux :
néant, tous les dieux des nations!

Lui, le Seigneur, a fait les cieux :
devant lui, splendeur et majesté,
dans son sanctuaire, puissance et beauté.

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Apportez votre offrande, entrez dans ses parvis,
adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté :
tremblez devant lui, terre entière.

Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ».
Le monde, inébranlable, tient bon.
Il gouverne les peuples avec droiture.

Joie au ciel! Exulte la terre!
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient.
Car il vient pour gouverner la terre,

pour gouverner le monde avec justice,
et les peuples selon sa vérité!

Des mots porteurs de sens

Le Seigneur apporte le salut

Les premiers mots de ce cantique proclament la foi d’Israël : « Ma force et mon chant, c’est le Seigneur : il est pour moi le salut. »

Le psaume 95(96) est un appel pressant à toutes les nations de la terre à entrer dans la joie de la venue du Messie, le Sauveur : « De jour en jour, proclamez son salut, sa gloire, ses merveilles ». Autant d’expressions qui décrivent la victoire du Ressuscité sur le mal, la souffrance et la mort. Ce passage des ténèbres à la lumière, de la Mort à la Vie.

Le Seigneur est Roi

La deuxième partie du Ps 95 (96) est une acclamation à Dieu reconnu comme roi :

Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ».

Israël reconnaît en Dieu son Roi. Les chrétiens eux aussi qualifient Jésus de Christ-Roi, de Messie royal. Toutes les nations sont invitées à cette reconnaissance du Christ-Roi et à entrer dans cette joyeuse louange. Quant à nous les chrétiens(nes), nous sommes appelés à devenir les témoins actifs de cette Bonne Nouvelle.

Non seulement le psaume présente Dieu comme Roi, mais il décrit sa présence sous forme d’une théophanie : expression savante pour qualifier ces moments, dans la bible, où Dieu se rend présent à une personne ou à son peuple.

Chacune de ces manifestations de Dieu s’accompagne habituellement de tonnerre, d’éclairs, de tremblement de terre. Souvenons-nous de la rencontre de Dieu avec Moïse sur le montagne du Sinaï (Ex 19). Quand Dieu se manifeste, la terre réagit, s’agite, participe à cette rencontre.

La nuit de Noël nous met en contact avec le Christ Ressuscité perçu sous les traits d’un enfant naissant. Le psaume affirme :

Joie au Ciel Exulte la terre.

D’ailleurs, dans le récit de Luc, les anges reprennent à leur manière cette affirmation :

Gloire à Dieu au plus haut des cieux
et paix sur la terre aux hommes et aux femmes qu’il aime.

L’image des arbres

Le psaume poursuit sa description de la manifestation de Dieu en faisant mugir les masses de la mer, en faisant entrer en fête la campagne tout entière. Et le plus étonnant, cette poésie-prière affirme :

Les arbres des forêts dansent de Joie!

Cette image des arbres qui dansent de joie devrait être particulièrement parlante, à nous qui dressons quantité d’arbres de Noël à l’occasion du souvenir de la venue du Christ dans notre monde. Nos arbres multicolores expriment, à leur façon, l’exubérance du poète croyant.

À la veille de Noël, et en particulier la nuit de Noël, entrons dans cette joie exubérante. Acclamons en l’enfant de nos crèches le Roi qui apporte Lumière, Paix, Libération. Allumons nos arbres de Noël. Qu’ils soient le rappel de cette manifestation bruyante et dansante de la nature car :

Aujourd’hui, un Sauveur nous est né 
c’est le Christ, le Seigneur.